«Combat de boxe du siècle»: Le Premier ministre cambodgien refuse d'honorer un pari

SPORT Hun Sen a indiqué avoir parié 5.000 dollars américains sur le Philippin Manny Pacquiao, et qu'il ne paierait pas, après sa défaite aux points samedi soir à Las Vegas face à Floyd Mayweather...

B.D. avec AFP

— 

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen, le 17 septembre 2013 à Phnom Penh
Le Premier ministre cambodgien Hun Sen, le 17 septembre 2013 à Phnom Penh — Tang Chhin Sothy AFP

Indigné par la victoire de Floyd Mayweather sur le Philippin Manny Pacquiao dans le «combat du siècle» samedi à Las Vegas, le Premier ministre cambodgien a fait savoir qu'il n'honorerait pas un pari perdu de 5.000 dollars.

En marge de l'inauguration d'une route dans la province de Pursat, Hun Sen s'est livré à une longue et violente diatribe contre les juges-arbitres qui ont accordé à l'Américain la 48ème victoire sans défaite de sa carrière.

«Je ne paierai pas, je ne donnerai pas l'argent»

«Nous les téléspectateurs avons à peine accordé un pauvre point à Floyd alors que les trois juges l'ont déclaré vainqueur à l'unanimité», a-t-il vitupéré. L'homme fort du Cambodge, qui règne sans partage sur le pays d'Asie du Sud-Est depuis 30 ans, a indiqué avoir parié 5.000 dollars américains sur le Philippin avec un responsable qu'il n'a pas identifié, précisant qu'il ne paierait pas.

«Je ne paierai pas, je ne donnerai pas l'argent», a-t-il prévenu dans une confession pour le moins surprenante, puisque les jeux d'argent sont officiellement prohibés au Cambodge. Quelques casinos opèrent toutefois légalement et les paris clandestins sont en réalité très répandus.

Mayweather a été déclaré vainqueur aux points à l'unanimité des trois juges-arbitres (118-110, 116-112, 116-112) mais ce décompte a fortement déplu aux fans de Pacquiao, qui l'ont vu le plus percutant face à un adversaire campé en défense.