VIDEO. Rennes: Une octogénaire mise à la porte de chez elle par des squatteurs (dans leur droit)

LOGEMENT Depuis 2007, tout propriétaire doit porter plainte moins de 48 heures après l’arrivée de squatteurs...

T.L.G.

— 

Maryvonne Thamin sur France 2
Maryvonne Thamin sur France 2 — FrancetvInfo

Enfermée dehors. Une octogénaire a été expulsée de son propre domicile à Rennes (Ille-et-Vilaine), rapporte Francetvinfo. Depuis quelques années, Maryvonne Thamin habitait avec son compagnon à quelques kilomètres de là. Quand il décède, elle souhaite revenir dans sa maison. Sur la porte, un cadenas de scooter et des fils de fers barbelés. Barricadé, son domicile est occupé par une quinzaine de squatteurs comme le révélait Ouest-France il y a quelques jours. «Ils ont même fait une pendaison de crémaillère», s’agace la vieille dame sur France 2. «Si vous allez les voir, ils vont vous dire, nous sommes chez nous».

Son fils, Pierre Thamin ajoute: «J’ai eu affaire à ces gens-là à travers une porte. J’ai failli rentrer. Je suis allé au commissariat le plus proche. On m’a dit: "si vous étiez rentré, vous étiez dans votre tort, c’était violation de domicile"».

Depuis 2007, tout propriétaire doit porter plainte moins de 48 heures après l’arrivée de squatteurs. Sinon, le droit au logement peut s'appliquer. Une loi bien connue des nouveaux habitants. «Il ne peut y avoir d'expulsion sans décision exécutoire du tribunal d'instance», lit-on sur la porte de la maison. Une telle procédure pourrait prendre plusieurs mois. Mais pour Maryvonne Thamin, le temps presse. Les descendants de son compagnon décédé lui ont demandé de quitter la résidence.