Pourquoi Instagram a censuré l'emoji «aubergine»

RESEAUX SOCIAUX La ressemblance entre le légume et le pénis serait trop grande...

A.B.

— 

Les utilisateurs d'Instagram ne peuvent pas faire de recherches en utilisant l'emoji aubergine.
Les utilisateurs d'Instagram ne peuvent pas faire de recherches en utilisant l'emoji aubergine. — Twitter / @GetEmoji

Trois nouveaux filtres, pour être toujours plus beaux sur ses selfies. Voici en substance ce que permet la dernière mise à jour d'Instagram. Ça et la possibilité de rechercher des photos par emoji, comme on pouvait déjà le faire avec un hashtag. Sauf que ça ne marche pas pour absolument tous les emojis. Désormais, la petite icône aubergine a disparu des radars d'Instagram, et il n'est plus possible de rechercher les contenus liés à ce symbole, comme le rapporte Buzzfeed.

Libérer l'aubergine

Sur les réseaux sociaux, le mouvement pour libérer l'aubergine (eggplant en anglais) fleurit sous le hashtag #FreeTheEggplant.

Des contenus contraires à la charte

Si le légume violet a été remisé au placard par Instagram, ce n'est pas par manque de popularité. L'aubergine fait même partie des emojis les plus utilisés aux Etats-Unis.

Interrogé par Buzzfeed, «Instagram confirme que l'emoji aubergine est bel et bien bloqué des recherches puisqu'il est systématiquement utilisé pour des contenus qui violent notre charte».

L'acquisition d'Instagram par Facebook en 2012 a entraîné une modification des conditions d'utilisation du réseau social. Plus prude, Facebook supprime automatiquement tout cliché présentant «des organes génitaux ou des fesses entièrement exposées», ce qui avait conduit à la censure d'une flopée d'oeuvres d'art, dont L'origine du monde, de Gustave Courbet. Mais aussi les photos dévoilant des seins de femme, «si elles montrent le mamelon», même si la firme autorise désormais la publication de photos de mère en train d'allaiter.

A priori plus sulfureux, les emojis pistolet, cigarette, seringue ou encore caca sont, eux, toujours à la disposition des utilisateurs.