Un trader de Wall Street gagne 2,4 millions de dollars grâce à un tweet

T'AS VU Il a exploité avec succès une rumeur de rachat...

P.B.

— 

Un trader à la bourse de New York, le 17 octobre 2014
Un trader à la bourse de New York, le 17 octobre 2014 — Jewel Samad AFP

A 15h32, le 27 mars, une journaliste «fusion et acquisition» du Wall Street Journal tweete un scoop sur un possible rachat d'Altera par Intel.

Moins d'une minute plus tard, un trader de Wall Street achète des options pour 300.000 actions d'Altera, juste avant que la cotation soit suspendue et que le cours ne s'envole à la reprise. A la clôture, à 16h00, il empoche une plus-value de 2,4 millions de dollars.

Programme automatique?

Ce timing parfait est suspect, mais selon le magazine Fortune, il ne s'agit pas, a priori, d'un délit d'initié. Deux possibilités: le trader suivait la journaliste et a réagi au quart de tour. Ou, plus vraisemblablement, il utilisait un programme automatique qui cible des personnes d'intérêt et analyse leurs tweets. L'algorithme a pu, selon Fortune, reconnaître un mot clé comme «en pourparlers». Ironie de l'affaire, le rachat n'a, pour l'instant, pas encore été confirmé et n'est pas certain.

Twitter peut-il vraiment aider les traders? Pas forcément. Un fonds lancé à Londres il y a quelques années qui basait ses achats sur des données de Twitter a fait faillite en moins de deux ans.