L’opossum, le meilleur atout contre les serpents les plus venimeux

ANIMAUX Le sang de cet animal bien trop souvent mal-aimé contient un peptide qui résisterait à tous les venins…

Fabrice Pouliquen

— 

L'opossum, ce héros...
L'opossum, ce héros... — SIPANY/SIPA

Et si l'opossum était le meilleur remède contre les morsures des serpents les plus venimeux? C’est à cette conclusion qu’arrive en tout cas une équipe de scientifiques dirigée par Claire Komives de l’université de San José (Californie) dans une étude relatée par National Geographic puis par Le Huffington Post.

Joli pied de nez pour l’opossum

Joli pied de nez pour l’opossum, souvent décrit comme laid et stupide. Depuis les années 1940, les scientifiques ont remarqué la capacité hors du commun des opossums à résister aux morsures de serpent grâce à un peptide, un polymère d’acides aminés, qui leur est propre. Claire Komives et son équipe ont cultivé en laboratoire cette molécule capable de neutraliser les effets de la morsure sans les effets secondaires des traitements actuels. Des souris ont reçu du venin incubé avec le peptide et, surprise, «elles n’ont jamais montré aucun signe (de maladie)», souligne la scientifique.

94.000 vies sauvées? Pas si vite

Cette avancée pourrait permettre d’épargner la vie de 94.000 personnes mordues chaque année par des serpents venimeux, selon un décompte de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Mais Zoltan Takacs, explorateur spécialisé des venins, émet des doutes. Il souligne que le venin d’un serpent contient des centaines de composants différents, chacun avec sa propre méthode pour soumettre sa victime. «C’est un assaut multiple, précise-t-il. Une série de toxines va attaquer vos cellules nerveuses, pendant qu’une autre série va neutraliser vos muscles.»

Des réserves que prend en compte Claire Komives. Mais si elle admet que l'explorateur a sûrement raison sur certains points, «sa découverte parle d'elle-même». Ce peptide mérite en tout cas un peu plus d’expérimentation.