Dennis, le teckel obèse, fait un régime et perd 20 kilos

ANIMAUX Dennis a arrêté les burgers et les pizzas…

A.Ch.

— 

Dennis le teckel obèse, avant son régime.
Dennis le teckel obèse, avant son régime. — Capture d'écran

Comment perdre quelques kilos avant l’été? Peut-être en imitant Dennis, ce teckel américain qui a perdu 20 kilos en arrêtant les burgers et les pizzas. Il faut dire que le cas de Dennis était inquiétant: le teckel pesait plus de 25 kilos lorsque ses maîtres l’ont adopté, soit quatre à cinq fois le poids normal d’un chien de sa race. Nourri de burgers, de pizzas et de nourriture humaine par ses maîtres, Dennis ne pouvait même plus se soulever et ne marchait que quelques pas avant de se recoucher sur son coussin naturel de gras.

Mais sa nouvelle maîtresse, Brooke Burton, une étudiante de 26 ans, a décidé de faire quelque chose pour le pauvre animal, qui appartenait à un de ses proches. «Quand j’ai vu Dennis pour la première fois, je ne pouvais pas le croire», a-t-elle raconté à l’agence Associated press. «Il était tellement gros que je ne savais même pas de quelle race il était censé être.»

Aux croquettes et à l’eau

La jeune femme l’a alors mis à la diète, à base de nourriture sèche pour chiens, de marche et d’affection. Aujourd’hui, Dennis, âgé de 6 ans, est revenu à un poids normal: il pèse un peu plus de 5 kilos et court après les écureuils. «Au début, il était vraiment déprimé, il ne se sentait pas bien, raconte Brooke Burton. Il n’avait pas beaucoup de personnalité. Après avoir perdu du poids, un petit chien autoritaire et exigeant est apparu. Il est à fond pour tout, il veut jouer avec tout le monde.»

Une renaissance pour Dennis, qui s’épargne aussi beaucoup de complications de santé: lorsqu’il était obèse, il a dû se faire opérer trois fois pour éliminer ses surplus de peau qui le faisaient trébucher. Kathleen Ham, la vétérinaire qui s’est occupée de lui, rappelle aux maîtres d’animaux que «la nourriture n’est pas de l’amour. Ce que votre animal veut avant tout, c’est de l’attention et de l’affection»