Les chats noirs ont de la chance d’un point de vue génétique

ANIMAUX Les pelages noirs seraient un gage de bonne santé, d’après une récente étude…

A.Ch.

— 

Chat noir, illustration.
Chat noir, illustration. — Battersea Dogs & Cats H/REX/SIPA

Le noir pourrait être la couleur de l’espoir pour les animaux. Un pelage noir serait un signe de longévité, selon une récente étude publiée dans la revue scientifique PLOS Genetics. La couleur noire provient du mélanisme, un phénomène génétique qui provoque la coloration entièrement noire de la peau et des poils ou plumes de l’animal. Les scientifiques estiment que la couleur noire serait favorable à la longévité des animaux en leur permettant notamment  de mieux se camoufler dans l’obscurité et d’éviter ainsi les prédateurs.

>> Des centaines de chats noirs abandonnés car ils ruinent les selfies

Les chercheurs se sont concentrés sur l’étude de trois félins d’Amérique du Sud: le chat des pampas, le kodkod, qui est le plus petit félin sauvage d’Amérique, et le chat de Geoffroy. Ils ont étudié les mutations génétiques responsables du mélanisme et en ont déduit que la couleur noire avait un net avantage dans la sélection naturelle. Mais les mécanismes génétiques permettant la transmission du mélanisme restent inconnus. Les scientifiques ont écarté la simple hypothèse du camouflage car dans certains environnements, être noir n’est pas vraiment un atout. «Par exemple, un petit chat noir sera plus adapté à une forêt dense qu’à un champ ouvert», commente une chercheuse.

>> Budapest: Un refuge préserve les chats noirs des sacrifices satanistes d’Halloween

Lors d’études précédentes, des loups noirs se sont révélés plus en forme que leurs congénères pâles. Chez les hiboux, la couleur noire pourrait être liée au développement du cerveau et au fonctionnement du système immunitaire. «Des facteurs comme le feuillage, l’humidité, la température ou les agents infectieux sont des possibilités et pourraient influencer le camouflage, la résistance à la chaleur et la thermorégulation, ou la résistance aux infections», explique Gregory Barsh, co-auteur de l’étude.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.