En cas d'invasion de zombies, mieux vaut habiter en montagne

ZOMBIES C'est la conclusion d'une simulation mathématique réalisée dans une université américaine...

M.C. avec AFP

— 

Des participants déguisés en zombie à New York, en 2010.
Des participants déguisés en zombie à New York, en 2010. — DESRUS BENEDICTE/SIPA

On ne sait pas si les conclusions sont transposables en France, qui verrait un afflux vers le Massif Central, les Alpes ou les Pyrénées. Les Américains vivant dans les rocheuses, en tout cas, auraient une meilleure chance de survivre à une invasion de zombies que leurs congénères urbains, démontre une simulation mathématique réalisée dans une université américaine.

Les villes, elles, tomberaient bien plus rapidement, suggère «la simulation stochastique dynamique à grande échelle d'une invasion de zombies», à laquelle se sont livrés des étudiants de l'université Cornell dans l'État de New York (nord-est). Selon l'étude, très mathématique, il faudrait néanmoins des semaines à une telle épidémie pour atteindre les milieux ruraux et des mois pour se répandre jusque dans les rocheuses.

La majeure partie des Etats-Unis tomberait après quatre semaines

Dans la culture populaire, «s'il y a une invasion de zombies, on croit généralement que toutes les régions seront atteintes en même temps», a indiqué Alex Alemi, l'un des quatre étudiants en physique théorique qui se sont penchés sur le problème. «Mais dans notre tentative de modéliser une invasion de zombies de manière réaliste, nous ne croyons pas que ça se déroulerait ainsi».

Selon l'étude, intitulée «Vous pouvez courir, vous pouvez vous cacher: les facteurs épidémiologiques et la mécanique statistique des zombies», les zones densément peuplées et urbanisées de la côte est et la côte ouest seraient ainsi les premières à tomber. La majeure partie des Etats-Unis tomberait après quatre semaines, mais il faudrait «très longtemps» aux zombies pour atteindre les coins les plus reculés du pays. «Même après quatre mois, certaines régions du Montana (nord-ouest) et du Nevada (ouest) seraient à l'abri des zombies».

Si les zombies attaquent, «nous sommes condamnés»

Elle intègre des facteurs aléatoires sur la manière dont se déroulerait une invasion de zombies dans les 48 États continentaux en dehors d'Hawaï (Pacifique) et de l'Alaska. Elle ne tient pas compte non plus d'une potentielle intervention militaire: l'an dernier, le Pentagone dévoilé des plans pour combattre une armée de morts-vivants.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ont quant à eux mis sur pied un site web qui offre des conseils pratiques afin de bien se préparer à une invasion de zombies et à d'autres catastrophes plus réalistes. Les Américains peuvent donc courir, mais ne pourront pas se cacher longtemps: les universitaires ont conclu que si les zombies attaquent, «nous sommes condamnés».

Intitulée «Vous pouvez courir, vous pouvez vous cacher: les facteurs épidémiologiques et la mécanique statistique des zombies», l'étude a été présentée mercredi lors d'une assemblée de la Société américaine de physique à San Antonio, au Texas (sud).