La corde de pendu de Saddam Hussein mise à prix

IRAK Les enchères commenceront à 7 millions de dollars...

20 Minutes avec agence

— 

L'exécution de l'ancien président Saddam Hussein, dont la justice irakienne a confirmé la condamnation à mort et qui doit être pendu d'ici trente jours, pourrait prendre encore "quelque temps", a estimé mercredi le ministre irakien de la Justice, Hashem al-Shibli.
L'exécution de l'ancien président Saddam Hussein, dont la justice irakienne a confirmé la condamnation à mort et qui doit être pendu d'ici trente jours, pourrait prendre encore "quelque temps", a estimé mercredi le ministre irakien de la Justice, Hashem al-Shibli. — David Furst AFP/pool/Arch.

La corde qui a servi, en 2006, à pendre le dictateur Saddam Hussein vient d'être mis à prix aux enchères par un membre du gouvernement irakien. Prix plancher : 7 millions de dollars, environ 6,2 millions d'euros, selon une information du journal al-Araby al-Jadeed, reprise, ce mercredi, par Le Figaro. 

Capture d'écran d'al-Iraqiya television lors de l'exécution de Saddam Hussein
le 30 décembre 2006. - 20 Minutes.

Mowaffak al-Rubaïe, membre du conseil du gouvernement irakien, avait, à l'époque, décroché et récupéré la corde qui fut fatale à l'ancien ennemi n°1 des Etats-Unis. «C'était un criminel? C'est vrai. Un meurtrier? Vrai. Un boucher? Vrai. Mais il est resté fort jusqu'au bout. Je n'ai pas entendu le moindre regret de sa part, je ne l'ai pas entendu implorer la pitié de Dieu, ou demander pardon», racontait-il encore il y a deux ans à la presse internationale et dans les colonnes du journal irakien Azzaman.

Déjà trois acquéreurs potentiels

Un journal qui s'insurge, d'ailleurs, de cette vente rappelant que «la corde avait été achetée sur ordre de l'État sur le marché Chorja de Bagdad, avec une attention particulière portée à son épaisseur et à sa capacité de soutenir le corps du pendu et doit revenir au ministère des Finances, du Tourisme et de l'Archéologie ou de la Justice». 

Qu'importe, Mowaffak al-Rubaïe a, toujours selon Le Figaro, d'autres «trésors» dans sa collection personnelle. L'ancien conseiller irakien pour la sécurité a ainsi récupéré et déposé, chez lui, dans son bureau un buste en bronze de Saddam Hussein provenant d'un des palaces du raïs. Il se fait d'ailleurs souvent photographier à ses côtés.

Mouaffak al-Rubaïe dans son bureau où trône un buste de Saddam Hussein. - Sabah Arar AFP

Quant à la tristement célèbre corde, trois enchérisseurs feraient d'ores et déjà monter les prix. Une famille israélienne, une organisation religieuse iranienne et deux hommes d'affaires koweïtiens seraient, en effet, en bonne place pour mettre la main sur ce curieux objet du désir.