Dans le Colorado, le cannabis rapporte trop d'argent à l'Etat

TAXE Légalisée depuis un peu plus d'un an, la vente de cannabis pour usage récréatif a rapporté beaucoup d'argent à l'Etat, qui pourrait avoir à le reverser à ses contribuables...

N.Bg.

— 

Un vendeur de cannabis dans le Colorado en décembre 2014.
Un vendeur de cannabis dans le Colorado en décembre 2014. — Brennan Linsley/AP/SIPA

Après un an d’expérimentation, le Colorado peut le dire: taxer le cannabis, c’est une sacrée bonne affaire. Et même un peu trop, car cet Etat du centre des Etats-Unis a tellement gagné d’argent grâce à l’usage récréatif du cannabis qu’il va devoir en rendre à ses contribuables.

Depuis le 1er janvier 2014, la vente de marijuana est légale au Colorado et n’a cessé de croître depuis, attirant même de nombreux touristes venus des Etats où fumer ou vendre du cannabis est encore illégal. Et si les revenus tirés de la taxation de l’usage médical sont constants, plafonnant à 18.000 dollars gagnés par l’Etat l’an dernier, ceux qui proviennent de l’usage récréatif sont en plein boom, atteignant près de 50.000 dollars en 2014 selon le Department of Revenue du Colorado.

S’unir pour garder l’argent

Une manne inespérée pour le gouvernement local, mais qui risque bien de disparaître. Car ce soudain surplus de revenus provenant des taxes entre en conflit avec un amendement à la constitution de l’Etat datant de 1992 qui empêche de trop se gaver sur le dos des citoyens. Le texte prévoit que l’Etat doit rendre l’argent prélevé aux contribuables s’il a gagné plus que ce qu’il est admis par une formule basée sur l’inflation et la croissance de la population. Au total, le Colorado pourrait reverser plus de 30 millions de dollars, soit 7,63 dollars par adulte.

Une frustration pour les responsables politiques locaux, qui devraient vivre leur propre version de l’union nationale: une fois n’est pas coutume, républicains et démocrates comptent s’allier pour assouplir l’amendement de 1992 et profiter des revenus du cannabis. Comme le résume un sénateur démocrate, «si cannabis il y a, et que la constitution dit que c’est légal, autant le taxer!»