Une cagnotte pour aider un ouvrier marchant 34km par jour pour travailler

ETATS-UNIS Son histoire, racontée ce week-end dans un journal local, a ému des milliers de personnes...

N.Bg.

— 

James Robertson, travailleur de Detroit, en janvier 2015.
James Robertson, travailleur de Detroit, en janvier 2015. — Ryan Garza/AP/SIPA

Treize kilomètres à pied à l’aller,  21 km au retour. C’est la distance quotidienne que parcourt James Robertson, ouvrier de 56 ans habitant Detroit aux Etats-Unis, pour se rendre au travail. Ce depuis que sa vieille voiture l’a lâché, il y a dix ans. Et sans avoir jamais raté un seul jour de travail.

>> La vidéo originale et en intégralité par ici

Le quotidien difficile de ce travailleur acharné, le Detroit Free Press a décidé d’en faire sa une le week-end dernier. En espérant sans doute illustrer le thème du travail précaire ou mettre en lumière les problèmes de transports dans la ville – James prend le bus, mais doit quand même marcher 33km tous les jours de la semaine. Ce que le journal n’imaginait sans doute pas, c’est l’impact que son article a eu en ligne.

Objectif de récolte explosé

Emu par la situation du quinquagénaire, un étudiant a en effet décidé de lancer une collecte de fonds sur une plateforme en ligne. Objectif affiché: 5.000 dollars, pour que James puisse s’acheter une voiture. Au bout de quelques heures, 30.000 dollars avaient déjà été récoltés. Ce mardi en milieu de journée, la cagnotte s’apprêtait à dépasser les 170.000 dollars, donnés par plus de 6.000 participants.

On ignore ce que James va faire de cette somme impressionnante. Une chose est sûre, il n’est pas du genre à tout claquer bêtement – l’homme est du genre honnête. Avant que la cagnotte atteigne ces sommets, alors qu’on lui parlait d’un nouveau service de transports de la ville lui proposant de venir le chercher chez lui pour le déposer au travail, il répondait: «Je préférerais qu’ils dépensent cet argent dans un système de bus fonctionnant 24h/24, et pas dans une sorte de petit bus rien que pour moi. Cette ville a besoin de bus 24h/24, 7j/7. Vous pourrez dire au Conseil municipal que j’ai dit ça.»