VIDEO. Moscou: Deux Russes arrêtés pour avoir aspergé le mausolée de Lénine d'eau bénite

MONDE Evgueni Avilov et Oleg Bassov sont accusés d'«hooliganisme» et encourent jusqu'à 15 jours de détention...

B.D. avec AFP

— 

Capture d'écran d'une vidéo diffusée sur YouTube monrtant deux Russes,  Evgueni Avilov et Oleg Bassov, asperger le mausolée de Lénine d'eau bénite à Moscou.
Capture d'écran d'une vidéo diffusée sur YouTube monrtant deux Russes, Evgueni Avilov et Oleg Bassov, asperger le mausolée de Lénine d'eau bénite à Moscou. — YouTube/Grani.ru

Deux Russes sont détenus par la police depuis lundi, après avoir aspergé d'eau bénite le mausolée qui abrite le corps momifié de Lénine sur la place Rouge à Moscou en hurlant «Lève-toi et marche!», a indiqué le site spécialisé OVD.

Les deux hommes ont passé la nuit en garde à vue et sont toujours dans l'attente de passer devant le juge après leur action réalisée lundi, jour de l'Épiphanie orthodoxe célébrée par les chrétiens russes. Ils sont accusés d'«hooliganisme» et encourent jusqu'à 15 jours de détention.

Retrouvez la vidéo originale en cliquant ici.

Pour une majorité de Russes, Lénine doit être enterré

Selon OVD, ONG spécialisée dans le suivi des arrestations de militants en Russie, les deux hommes, Evgueni Avilov et Oleg Bassov, sont membres d'un collectif d'artistes nommé Blue Rider. Les deux jeunes hommes ont déplacé les barrières qui protègent le mausolée avant de l'asperger à l'aide de grandes bouteilles d'eau bénite en criant «Lève-toi et marche!» plusieurs fois avant d'être arrêtés, comme le montre une vidéo diffusée sur Internet.

Les chrétiens orthodoxes ont fêté lundi l'Épiphanie, qui célèbre le baptême du Christ dans le fleuve Jourdain et au cours de laquelle les croyants s'immergent symboliquement dans l'eau glacée des rivières et des lacs. Selon une porte-parole de Blue Rider, Irina Doumitskaïa, citée par OVD, l'action avait pour but de «démolir le mythe selon lequel Lénine est immortel en tentant de le ressusciter le jour de l'Épiphanie comme Jésus a ressuscité Lazare».

L'exposition de la dépouille momifiée du leader de la Révolution d'Octobre dans un mausolée sur la place Rouge divise les Russes. Une majorité de la population est favorable à son retrait, mais les communistes s'y opposent farouchement. En 2012, un sondage du centre Levada montrait que seul 25% des personnes interrogées étaient d'accord pour conserver Lénine dans le mausolée, tandis que 53% estimaient qu'il devait être enterré.

La nature contient son lot d’espèces attendrissantes et de bébés animaux dont on voudrait prendre soin et couvrir de tout l’amour du monde. Pour le photographe et biologiste Piotr Naskrecki, du musée de zoologie comparée d’Harvard, cette notion va si loin qu’elle englobe également les larves parasitaires. Il a en effet constaté au retour d’une expédition au Belize qu’il était infecté par des larves de mouche dermatobia hominis. Après avoir retiré un premier intrus, il en a laissé deux se développer au sein de sa propre chair et a documenté tout le processus.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/larve/un-chercheur-laisse-grandir-des-larves-de-mouche-dans-son-bras_art34118.html
Copyright © Gentside Découverte
Suivez-nous sur Facebook Vous êtes déjà abonné ? Ne plus afficher La nature contient son lot d’espèces attendrissantes et de bébés animaux dont on voudrait prendre soin et couvrir de tout l’amour du monde. Pour le photographe et biologiste Piotr Naskrecki, du musée de zoologie comparée d’Harvard, cette notion va si loin qu’elle englobe également les larves parasitaires. Il a en effet constaté au retour d’une expédition au Belize qu’il était infecté par des larves de mouche dermatobia hominis. Après avoir retiré un premier intrus, il en a laissé deux se développer au sein de sa propre chair et a documenté tout le processus. « Pourquoi est-ce qu’un animal qui va activement essayer de nous tuer, comme le lion, est plus respecté que ceux qui essayent de nous grignoter un peu, sans causer beaucoup de dégâts ? » Piotr Naskrecki se désole ainsi auprès du blog Compound Eye, hébergé par le Scientific American. Un séjour dans les forêts tropicales du Belize lui a laissé de nombreuses piqûresd’insectes, mais trois d’entre elles étaient toujours vivaces à son retour aux Etats-Unis. Un cycle parasitaire bien rodé C’est à ce moment qu’il a compris qu’il était infecté par trois larves de dermatobia hominis, appelées vers macaques en Guyane. La femelle de cette mouche parasite possède une méthode bien rodée pour que ses petits puissent trouvent un logis de chair fraîche. L’insecte va capturer un moustique et lui accrocher ses œufs dessus. Une fois libéré, le moustique va chercher un hôte pour lui pomper son sang. La chaleur du fluide vital va signaler aux œufs le moment de l’éclosion. La larve qui va en sortir va se laisser tomber sur la peau de sa victime pour y creuser un petit terrier. Elle va y grandir pendant un à trois mois, puis sortir pour rejoindre le sol et passer au stade de nymphe. Deux à trois semaines plus tard, une mouche prête à la reproduction en sortira et la boucle sera bouclée. Afin de rester discrète et ne pas être asphyxiée par une infection, il semble que la larve produise des antiseptiques et un antidouleur. Face au peu d’effets secondaires de la présence de larves et par sa curiosité scientifique extrême, le biologiste a décidé de ne retirer qu’une seule larve puis d’observer le développement des deux autres dans son bras. Il en livre des photos et des vidéos assez répugnantes, mais d’excellente qualité. Il s’agit également d’une démarche dotée d’une certaine poésie, comme le dévoile l’auteur dans sa vidéo.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/larve/un-chercheur-laisse-grandir-des-larves-de-mouche-dans-son-bras_art34118.html
Copyright © Gentside Découverte