San Francisco: Elle lance un concours pour ne pas dîner seule

GASTRONOMIE Stephanie Robesky a décroché une réservation au restaurant éphémère Noma à Tokyo. Malheureusement, elle n'a pas de compagnon pour ce dîner...

B.D. avec AFP
— 
C'est le restaurant danois Noma, qui se classe en tête du classement de la revue britannique Restaurant. Aucun restaurant parisien ne figure dans le top 20.
C'est le restaurant danois Noma, qui se classe en tête du classement de la revue britannique Restaurant. Aucun restaurant parisien ne figure dans le top 20. — DRESLING JENS/AP/SIPA

Cherche homme réellement célibataire entre 28 et 46 ans, bonne conversation, agréable à regarder et capable de se servir de ses couverts correctement. Ce sont les critères énoncés par Stephanie Robesky, de San Francisco, l'une des happy few à avoir décroché une réservation au restaurant éphémère Noma à Tokyo, mais qui n'a malheureusement pas de compagnon pour ce dîner.

Parmi les 60.000 demandes envoyées, l'Américaine, patronne d'une entreprise de technologie mobile qui se présente comme une «geek», a remporté une table pour deux au restaurant éphémère que le chef danois René Redzepi ouvre à l'hôtel Mandarin Oriental de Tokyo, du 9 janvier au 14 février, qui ne peut offrir que 44 couverts pour le déjeuner et le dîner.

«Tout s'est emballé»

Le repas doit avoir lieu fin janvier, le jour de son 39e anniversaire, mais Stephanie Robesky ne connaît que des homosexuels et des gens mariés et n'a pas de conjoint. Elle a donc décidé de chercher son compagnon de table en passant une petite annonce sur son site. «J'ai pensé que j'aurais une dizaine de réponses», a-t-elle raconté à l'AFP. «Et tout s'est emballé», avec plus de 400 offres qui lui étaient parvenues ce mercredi.

Stephanie Robesky a déjà prévu de demander l'aide de ses amis pour faire une première sélection. Elle choisira ensuite devant un café les trois postulants les plus intéressants, qui doivent donc être de San Francisco, dit-elle, avant de se décider samedi. Le gagnant devra payer de sa poche le billet d'avion et sa chambre d'hôtel à Tokyo, mais Stephanie Robesky règlera la note de restaurant, qui s'élève à 64.900 yens par personne (près de 550 dollars) le menu fixe avec les vins, avant taxes et pourboires.

Coup de pouce

La compétition est telle que l'un des impétrants, le développeur de logiciels Kyle VanderBeek, a fait signer 103 de ses amis pour que Stéphanie le choisisse. «Avec qui voudriez-vous rompre le pain et déguster des larves mortelles de frelons? Kyle. Kyle est le bon choix à faire», assurent les signataires de la pétition sur Change.org.

L'Américaine a eu un coup de pouce inattendu du chef René Redzepi, 37 ans, qui a fondé le restaurant en 2003. Le Danois a publié sur son compte Twitter «Une geek célibataire cherche un copain de San Francisco pour un super dîner à Tokyo».

 SINGLE “NERD GIRL” WANTS BAY AREA DUDE FOR EPIC TOKYO DINNER http://t.co/xwDtHv5rSq
— Rene Redzepi (@ReneRedzepiNoma) January 11, 2015


Stephanie Robesky reconnaît que sa démarche est audacieuse: «Je sais ce que je veux, j'ai du succès dans mes affaires et si on considère que ce n'est pas une qualité de femme, ce qui arrive parfois, cela m'est complètement égal», dit-elle.

Sur son blog, elle se présente comme une femme de 1,68 m, mince, qui aime lire, aller au cinéma, regarder «les navets à la télévision», faire de la plongée sous-marine, jouer du ukulélé et manger «des bonnes choses». Son aventure lui a déjà permis de constater qu'il y avait «beaucoup de gens intéressants dans le coin», et elle a décidé de recommencer à chercher l'élu de son coeur sur les sites de rencontre, qu'elle avait abandonnés.