Une équipe de nettoyeurs professionnels s'attellent à nettoyer Big Ben, la plus célèbre horloge de Londres, le 19 août 2014
Une équipe de nettoyeurs professionnels s'attellent à nettoyer Big Ben, la plus célèbre horloge de Londres, le 19 août 2014 — Ben Stansall AFP

INSOLITE

L'année 2015 va durer une seconde de plus

Le 30 juin, à 23h59 et 59 secondes, les horloges atomiques du monde entier s'arrêteront une seconde...

L'année 2015 semblait déjà longue. Elle va durer une seconde de plus. Le 30 juin 2015, à 23h59 et 59 secondes, les horloges atomiques du monde entier s'arrêteront l'espace d'une seconde, rapporte Atlantico. Celles-ci afficheront une heure peu commune, à savoir 23:59:60, avant d'indiquer finalement 00:00:00 au matin du 1er juillet.

L’ajout de cette seconde supplémentaire, dite «seconde intercalaire», a été décidé cette semaine au niveau mondial par l’Observatoire de Paris au sein de son laboratoire Systèmes de Référence Temps-Espace - SYRTE1. Pourquoi?

Depuis 1972, 24 secondes ont été ajoutées

Comme la vitesse de rotation de la Terre diminue avec le temps sous l'influence des forces de marées provoquées par l'attraction gravitationnelle de la Lune et du Soleil, cette seconde «astronomique» a tendance à s'allonger avec les années, relate de son côté Le Figaro.

Pour remédier à ce problème, la définition de la seconde a donc changé en 1967: elle correspond désormais à «9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les niveaux hyperfins de l'état fondamental de l'atome de césium 133 au repos à la température du zéro absolu», mentionne le Bureau international des poids et mesures. Depuis 1972, 24 secondes ont ainsi été ajoutées.

La peur de dysfonctionnements informatiques

«C’est important de le faire régulièrement. Sinon, dans 500 ans, nous serons décalés d’une heure par rapport à la position de la Terre. Or, nous avons besoin de connaître sa position précise pour de nombreuses applications, ne serait-ce que pour envoyer une sonde dans l’espace », a ainsi précisé Daniel Gambis, directeur du service de rotation de la Terre à l’observatoire, au journal Ouest-France.

L’ajout de cette seconde supplémentaire n’est cependant pas sans susciter une certaine inquiétude, rappelle le quotidien. En effet, lors de la précédente modification en 2012, de nombreux systèmes informatiques, qui n’avaient pas été préparés à l’événement, ont connu d’importants dysfonctionnements. Si un tel phénomène venait à se reproduire cette année, il se pourrait que les conséquences soient extrêmement fâcheuses, surtout s’il venait à impacter le domaine de la Bourse et des transactions financières.