Chine: Des scientifiques reprochent aux autorités d’exterminer «Pikachu»

PLANETE Les pikas, qui seraient à l'origine du personnage Pokémon, sont répertoriés comme animaux nuisibles par les Chinois...

Thibaut Le Gal

— 

Une dizaine de Pikachu, illustration.
Une dizaine de Pikachu, illustration. — YOSHIKAZU TSUNO / AFP

Qui veut la peau de Pikachu? Des scientifiques de l’Arizona State University accusent le gouvernement chinois de vouloir exterminer à tort le pika depuis 1958, rapporte The Independent. Ces petites souris, qui auraient inspiré le célèbre personnage Pokémon, vivent dans le nord-ouest du pays sur le plateau tibétain de Qinghai. Elles ont été classées comme «animaux nuisibles» par les autorités locales pour l'impact négatif qu'elles engendreraient sur ces plaines.

En 2006, près de 360.000 km2 ont été traités au phosphate de zinc dans la province de Qinghai. Une nouvelle phase d’empoisonnement portant sur 110.000 km2 aurait été mise en œuvre en fin d’année 2014 pour un coût estimé à 35 millions de dollars, rapporte le quotidien britannique.

Des avantages pour l'écosystème

Outre leur côté mignon et le symbole culturel, les chercheurs estiment que le pika offre des avantages pour l’écosystème et ne serait pas responsable des dégradations des terres. «Leurs terriers permettent une meilleure infiltration d’eau à travers la terre et réduisent le risque d’inondation en surface pendant la mousson d’été», expliquent Maxwell Wilson and Andrew Smith. Leur disparition serait néfaste pour les oiseaux, les lézards et certains carnivores de la région.

Les scientifiques poussent la Chine à suivre la Mongolie qui a abandonné la pratique d’extermination des pikas.