États-Unis: Des chercheurs saoulent des oiseaux et étudient leurs chants

SCIENCES L’étude vise à comprendre l’effet de l’alcool sur le comportement humain...

T.L.G.

— 

 Un Diamant mandarin à Murray Bridge, en Australie méridionale.
Un Diamant mandarin à Murray Bridge, en Australie méridionale. — Péripitus/wikimedia

Saouler des oiseaux pour comprendre l'ivresse humaine. Les chercheurs de l’Oregon Health and Science University ont donné des petites quantités d’alcool à des diamants mandarins pour étudier l’effet sur leurs chants. «Nous avons mélangé un jus avec 6% d’alcool et placé la mixture dans leur cage. Nous pensions qu’ils n’y toucheraient pas mais finalement les oiseaux ont bu le mélange», explique Christopher Olson, l’un des chercheurs. «Il y a des analogies entre l’apprentissage et la production du chant chez le diamant mandarin et la parole humaine», expliquent les auteurs de l’étude.

 


Drunk Birds Slur Their 'Speech' Just Like Humans

 

 

 

 

Avec des taux d’alcoolémie de 0.05 à 0.08%, très importants pour des animaux de petite taille, les oiseaux ont connu quelques difficultés au moment de pousser la chansonnette. «L’effet le plus remarquable a été la baisse d’amplitude et l’augmentation d’entropie», explique Christopher Olson. En d’autres termes, les chercheurs ont constaté que le chant des oiseaux saouls était moins structuré et moins audible. L’effet d’ivresse était étrangement plus prononcé sur certaines «syllabes» spécifiques du chant, ce qui pourrait signifier que l’alcool affecte davantage certaines parties du cerveau.

«Nous espérons que nos futures recherches nous diront exactement quelles parties du cerveau sont touchées lorsque l’alcool affecte la parole chez l’être humain», explique Claudio Mellon au Huffington Post. «Cela nous aidera à développer des traitements adaptés», ajoute-t-il.