Se croyant enfermés, ils auraient passé deux jours dans un placard

ETATS-UNIS L’histoire de ces deux Américains est aussi peu claire que l’espace dans lequel ils se sont retrouvés...

N.Beu.

— 

Google map de Daytona Beach, aux Etats-Unis.
Google map de Daytona Beach, aux Etats-Unis. — GOOGLE

D’un placard à l’autre. Aux Etats-Unis, un homme et une femme qui disent avoir été enfermés durant deux jours dans un placard d’une université de Floride ont fini leur parcours en prison mardi, rapporte le journal Orlando Sentinel.

Les deux individus, John Arwood et Amber Campbell, racontent qu’ils ont pénétré dans le Daytona State College dimanche où, pour une raison non précisée, ils sont entrés dans un placard réservé au concierge dans les locaux du Centre de science marine et de l’environnement. Là, ils auraient découvert qu’il leur était impossible d’en ressortir. Mardi -pourquoi pas avant? Mystère-, Arwood a enfin décroché son téléphone pour appeler la police.

Un casier judiciaire déjà chargé

Un officier a ainsi pu le localiser et libérer les deux «prisonniers». En tentant de comprendre ce qui s’était passé, ce policier a pourtant vite compris que la porte ne fermait pas et que les deux drôles d’oiseaux s’étaient créé une cage et des barreaux tout seuls. A l’intérieur, la police a retrouvé des excréments et des éponges à récurer en métal parfois utilisées pour fumer du crack, mais pas de drogue.

La bonne nouvelle, c’est qu’Arwood et Campbell n’ont pas passé leur réveillon dans des toilettes. La mauvaise, c’est qu’ils l’ont probablement passé en prison. Car les deux survivants du placard sont désormais accusés d’être entrés dans l’université sans autorisation. Le cas de Campbell est, en outre, aggravé par le fait qu’elle a violé les conditions de sa liberté surveillée. La jeune femme, 31 ans, a déjà un casier judiciaire bien chargé comprenant des peines de prison pour vol à main armée ou possession de marijuana, notamment.