VIDEO. Ebola: En Suisse, 120 volontaires testent des produits aux effets inconnus

SANTE Ils mettent leur corps à contribution pour accélérer la recherche contre le virus qui a fait plus de 7.500 victimes en un an...

20 Minutes avec agence

— 

Un médecin tient une seringue du vaccin ChAd3 contre le virus Ebola, à Lausanne, le 4 novembre 2014.
Un médecin tient une seringue du vaccin ChAd3 contre le virus Ebola, à Lausanne, le 4 novembre 2014. — Richard Juilliart / AFP

Le centre hospitalier universitaire de Lausanne fait, depuis quelques semaines, appel à 120 volontaires pour tester les avancées de ses recherches sur le virus Ebola, dont le dernier bilan communiqué par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) fait état de 7.518 victimes, sur 19.340 personnes contaminées.

Pour enrayer ce fléau, ces volontaires jouent un rôle déterminant, non sans courir de nombreux risques. On ignore, en effet, absolument tout des produits qu'ils sont amenés à tester.

Mais dans un élan de solidarité, ces citoyens suisses vont, plusieurs mois durant, se soumettre aux aléas des effets secondaires possibles (dont l'apparition a déjà faire suspendre une série de tests), et les résultats observés sur eux pourraient permettre la production du vaccin capable de lutter contre l'épidémie, apparue il y a un an dans un village reculé de Guinée. Un vaccin qui est attendu, au mieux, pour l'année 2016.