A 14h33, vous serez au top de votre stress de Noël

INSOLITE C’est une étude scientifique qui le dit…

A.Ch.

— 

Les achats de Noël au Printemps Haussmann à Paris.
Les achats de Noël au Printemps Haussmann à Paris. — DURAND FLORENCE/SIPA

Le compte à rebours est lancé: ce soir, vous allez devoir assurer en cuisine, ne pas vous emmêler les pinceaux dans les paquets cadeaux, supporter l’émission spéciale Noël à la télé et rester élégants après trois coupes de champagne.  Vous le sentez, le stress qui monte? D’après une étude menée par une marque de vitamines britanniques sur un échantillon de 2.000 femmes, c’est ce 24 décembre à 14h33 très précisément que votre stress sera à son maximum.

Renoncer à la perfection

Le Dailymail rapporte les conclusions de cette étude: les sources principales de stress en cette journée du 24 décembre sont les achats de dernière minute et la préparation du repas de Noël qui sont les principales sources de stress des femmes. Trouver de la place dans le réfrigérateur et s’assurer que l’on aura assez à boire sont aussi des inquiétudes répandues. Sans compter les emballages de cadeaux à terminer et la peur que les enfants n’aiment pas leurs cadeaux.  Comme dans tout état de stress, les proches risquent de prendre cher: le conjoint et la belle-mère seront les premiers accusés par les femmes, assure l’étude.

Pour ne pas finir par être paniquée, mieux vaut renoncer à la perfection, conseillent les auteurs de l’étude : «Nous avons besoin d’être un peu indulgents avec nous-mêmes, de viser le «assez bien» plutôt que le parfait et de garder à l’esprit que le stress peut monter sans que nous nous en apercevions». D’après le sondage, 67% des mères de famille trouvent Noël stressant et 8 sur 10 avouent vouloir «en faire trop». Elles sont aussi près de 75% à reconnaître que leur conjoint n’est jamais aussi stressé qu’elles, et cela énerve encore plus 30% des femmes. Toutefois, une sur trois refuse de confier des tâches à leurs maris, de peur qu’ils ne les accomplissent pas bien. De jolies scènes de ménage en perspective entre les huîtres et le foie gras.