Silicon Valley : L'opération séduction de Facebook à l'égard de la Chine

High tech En visite dans la Silicon Valley, le responsable de la supervision d’Internet en Chine a été reçu par les patrons de Facebook, Apple et Google...

20 Minutes avec agence

— 

Le fondateur de Facebook Marc Zuckerberg lors d'une intervention à l'université de Tsinghua à Pékin le 22 octobre 2014
Le fondateur de Facebook Marc Zuckerberg lors d'une intervention à l'université de Tsinghua à Pékin le 22 octobre 2014 — Université Tsinghua

Responsable de la supervision d’Internet en Chine, Lu Wei vient d'être particulièrement soigné par les grands noms de l'Internet américain. En visite dans la Silicon Valley, le nouveau grand manitou du Web chinois s'est rendu, selon Les Echos, chez Facebook, Apple, Google, Amazon, Yahoo !, IBM, etc. Chacun de ses interlocuteurs a tenté de charmer le représentant de Pékin. 

Une belle «opération séduction» dont la palme de l'allégeance revient au patron de Facebook, Mark Zuckerberg. Celui qui maîtrise désormais parfaitement le mandarin a fait faire le tour du propriétaire à Lu Wei, également numéro deux du département de la propagande du parti communiste chinois. Allant jusqu'à l'inviter à s'assoir dans son fauteuil. 

Lu Wei dans le fauteuil de Zuckerberg

Le patron de Facebook espère bien, grâce à son numéro de charme, remettre un pied dans la République populaire où Facebook est depuis 5 ans, largement inaccessible en Chine. Le réseau social avait, en effet, été bloqué au lendemain de violences à Urumqi, capitale du Xinjiang (2009). 

Un portail d'information du gouvernement chinois a même publié, ce mardi, une photo de Mark Zuckerberg avec un exemplaire du livre du président chinois Xi Jinping sur la gouvernance sur son bureau. Selon China.com.cn, le fondateur de Facebook a poussé «l'opération séduction» jusqu'à souligner avoir acheté plusieurs exemplaires du livre, afin que ses collègues et lui puissent en apprendre davantage sur le «socialisme à caractéristiques chinoises».

 

 

Sur Internet, le portrait de Mark Zuckerberg est depuis détourné en garde rouge tenant en main l’ouvrage de Xi Jinping plutôt que le Petit Livre rouge, de Mao.