Vietnam: Un blogueur arrêté pour «mauvaises informations»

Web Alors que, selon Reporters sans frontières, au moins 34 blogueurs sont actuellement emprisonnés au Vietnam, un blogueur de 65 ans vient d'être arrêté...

20 Minutes avec agences

— 

En octobre, soucieux selon les analystes de s'attirer les bonnes grâces de l'allié américain face à Pékin, le Vietnam avait libéré le blogueur Dieu Cay. Ce dernier vit, aujourd'hui, en exil aux Etats-Unis.
En octobre, soucieux selon les analystes de s'attirer les bonnes grâces de l'allié américain face à Pékin, le Vietnam avait libéré le blogueur Dieu Cay. Ce dernier vit, aujourd'hui, en exil aux Etats-Unis. — Cat Barton AFP

Le blogueur Hong Le Tho, 65 ans, a été arrêté, ce week-end à Ho Chi Minh-Ville (sud, ex-Saïgon) pour ses articles ayant un «mauvais contenu et des informations incorrectes qui réduisent la confiance envers les services d'Etat», a indiqué le ministère de la Sécurité publique. 

Appelé «Nguoi Lot Gach», qui signifie «paveur de briques», ce blog, inaccessible sitôt après l'arrestation de son rédacteur, est en ligne depuis au moins trois ans. Régulièrement mis à jour en vietnamien, en anglais et en français, il traite principalement de questions sociales et politiques.

Répression contre la dissidence en ligne

Beaucoup de ses articles sont fortement antichinois, reflétant la forte animosité de nombreux Vietnamiens, y compris les intellectuels, envers leur voisin du nord. Il est vrai qu'Hanoi et Pékin ont des différends territoriaux de longue date en mer de Chine du Sud et que les dirigeants vietnamiens sont très sensibles à toute critique contre leur règlement du conflit.

Ainsi, au Vietnam, où les médias privés sont interdits et tous les journaux et les chaînes de télévision sont gérés par l'Etat, cette arrestation est vue comme une nouvelle étape de la campagne de répression contre la dissidence en ligne dans le pays communiste.

>> A lire également Le blogueur vietnamien Huynh Ngoc Chenh remporte le prix du Net-citoyen 2013

Des avocats, blogueurs et militants font, en effet, régulièrement l'objet d'arrestations et de détentions arbitraires. Selon Reporters sans frontières, au moins 34 blogueurs sont actuellement emprisonnés dans ce pays.