Liban: Barbus, les hipsters sont pris pour des djihadistes

HIPSTER Un rappeur libanais a notamment été arrêté par les forces de l'ordre...  

T.L.G.

— 

Le FBI cherche à identifier ce djihadiste, narrateur de la vidéo «Flames of War».
Le FBI cherche à identifier ce djihadiste, narrateur de la vidéo «Flames of War». — FBI

La barbe! La police de Beyrouth mène la vie dure aux hipsters libanais. La radio publique américaine NPR rapporte l’histoire de Mazen Hariz. Cet étudiant en économie et barman arbore une magnifique barbe brune que ne renierait pas un habitant du Marais à Paris.

«Ma barbe, c'est comme ma petite amie», explique le jeune Libanais. Eau chaude, shampoing, produits revitalisant… son trésor lui demande chaque matin 30 minutes d'entretien. Mais le jeu en vaut la chandelle. «Les filles l’apprécient», ajoute-t-il.

«Pourquoi portes-tu une barbe?»

Problème: sa barbe lui cause également quelques soucis. Les forces de l’ordre l’arrêtent tous les jours pour des contrôles d'identité. «Pourquoi portes-tu une barbe?», lui demandent-ils. Epuisé par ces tensions, Mazen Hariz réfléchit à couper sa barbe. Il n’est d’ailleurs pas le seul hipster soupçonné d’être un djihadiste par les autorités. Car les poussées de barbe coïncident avec une vague d’attentats terroristes, explique NPR.

Hussein Sharafeddine, un rappeur barbu, raconte à la radio américaine ses nombreux démêlés avec les «prétendues forces de sécurité» de son pays. En janvier dernier, une photo de son arrestation avait largement été diffusée dans les médias libanais.

«Le flic m'a mis son pistolet contre la tête et m'a crié: "Je vais brûler ta barbe!"», précise-t-il. Malgré ce moment, Hussein Sharafeddine explique qu’il ne coupera jamais sa barbe. «Je suis un homme et je me laisse pousser la barbe si j’en ai envie. Je ne gêne personne, je ne manque de respect à personne. Je l'aime ma barbe. Elle me représente».