Et si Wikipedia permettait de prédire les épidémies?

SANTE C’est le résultat d’une étude très sérieuse menée par une équipe de chercheurs aux Etats-Unis…

Anissa Boumediene

— 

Wikipédia
Wikipédia — Wikipédia

On s’en sert pour tout: préparer un devoir, chercher la filmographie d’un acteur ou encore trouver à quelle maladie peuvent bien correspondre les symptômes que l’on présente quand on est patraque. Devenue le réflexe de millions d’internautes à travers le monde, l’encyclopédie en ligne Wikipédia pourrait bien être le moyen de prédire l’évolution des épidémies.

A partir de l’analyse des pages vues sur Wikipédia, il serait possible d’élaborer une méthode de détection précoce des épidémies, voire de les anticiper avant le système officiel de surveillance épidémiologique. Un principe déjà utilisé par Google qui, en se basant sur les requêtes des internautes, s’est penché sur la propagation des épidémies de grippe.

Une détection plus précoce

Menée par le professeur Sara Del Valle, une équipe de chercheurs du Los Alamos National Laboratory au Nouveau-Mexique (Etats-Unis) a démontré la validité de ce procédé. Un article publié ce jeudi dans la revue en ligne PLoS Computational Biology raconte comment l’équipe a surveillé huit épisodes épidémiques: grippe aux Etats-Unis, en Pologne, au Japon et en Thaïlande, dengue au Brésil et en Thaïlande, et tuberculose en Thaïlande et en Chine D’après les conclusions de cette étude, à part l’épidémie de tuberculeuse, cette méthode de surveillance a permis aux chercheurs de prédire l’évolution des épidémies avec une moyenne de 28 jours d’avance sur le système classique de surveillance.

«Le but de cette recherche est de construire un système opérationnel de contrôle et de prévision des maladies avec des données en libre accès et un code open source», explique Sara Del Valle. «Un système global de prévision des maladies changerait la manière dont nous réagissons aux épidémies. De la même manière que nous consultons la météo tous les jours, les particuliers et les professionnels de santé publique pourraient surveiller la fréquence des maladies et planifier leurs activités en se basant sur le bulletin du jour», détaille-t-elle.

L’outil pourrait s’avérer des plus précieux alors que l’épidémie de fièvre Ebola se poursuit en Afrique de l’ouest et que la grippe tue chaque année entre 3.000 et 49.000 personnes aux Etats-Unis.