VIDEO. États-Unis: Un septuagénaire hospitalisé retrouve la santé grâce à son chien

TRAITEMENT Le septuagénaire, hospitalisé depuis plusieurs semaines, refusait de s'alimenter, tout comme son chien...

Bérénice Dubuc

— 

Capture d'écarn d'une vidéo montrant les retrouvailles entre James Wathen, 73 ans, et Bubba, son chihuhaha, à l'hôpital Baptist Health Corbin, dans le Kentucky, aux Etats-Unis.
Capture d'écarn d'une vidéo montrant les retrouvailles entre James Wathen, 73 ans, et Bubba, son chihuhaha, à l'hôpital Baptist Health Corbin, dans le Kentucky, aux Etats-Unis. — 20 Minutes

«Un seul être vous manque...» Ce dicton s'applique parfaitement à James Wathen, un Américain de 73 ans, et Bubba, son chihuhahua à un oeil.

Le septuagénaire, hospitalisé depuis plusieurs semaines à l'hôpital Baptist Health Corbin, dans le Kentucky, aux Etats-Unis, refusait de s'alimenter, s'amaigrissant et s'affaiblissant à vue d'oeil. Il a cependant trouvé la force d'expliquer à l'une des infirmières que son animal de compagnie lui manquait. Les infirmières ont alors décidé d'aller chercher le chien du patient et de lui amener dans sa chambre, ce qui est normalement interdit dans les hôpitaux.

«Ils ont tous les deux arrêté de manger à peu près au même moment»

Elles ont retrouvé, Bubba, qui avait été conduit au refuge Knox-Whitley, avant d'être confié à une famille d'accueil. «Le chien avait arrêté de manger une semaine auparavant, ce qui est très étrange», a expliqué la présidente du refuge, Mary-Ann Smyth, à Today. «Le chien ne savait pas où était James et James ne savait pas où était son chien, et aussi incroyable que cela puisse paraître, ils ont tous les deux arrêté de manger à peu près au même moment.»

Bubba a été amené dans la chambre de son maître pendant une trentaine de minutes la semaine dernière, et le chihuhahua comme le maître ont vu leur état de santé nettement s'améliorer. Et quand Bubba a été autorisé à effectuer une seconde visite, James Wathen avait retrouvé des couleurs. «Il a changé du tout au tout. Il parle, il s'assoit dans son lit, il mange. Ce n'est plus du tout le même homme», a jugé Mary-Ann Smyth. «Et le chien mange et va mieux lui aussi.»

«L'un de nos travailleurs sociaux a compris que le patient souffrait de l'absence de son chien, et cette douleur empirait sa condition physique», a expliqué Kimberly Probus, une infirmière de l'hôpital à la chaîne WKYT-TV.