Un Russe s'enferme 20 heures dans sa voiture pour contrer la fourrière

INSOLITE Le Moscovite a finalement obtenu gain de cause...

R.L. avec AFP

— 

Des véhicules sous scellées le 29 septembre 2012 à Villeneuve-d'Ascq après le démantèlement d'un gang de trafiquants de voiture
Des véhicules sous scellées le 29 septembre 2012 à Villeneuve-d'Ascq après le démantèlement d'un gang de trafiquants de voiture — Philippe Huguen AFP

Un Moscovite s'est enfermé pendant plus de 20 heures dans sa voiture, elle-même déjà remorquée sur un camion de la fourrière, pour empêcher - avec succès - que son véhicule ne soit saisi, ont rapporté jeudi des médias russes.

«J'ai sauté dedans»

En effet, Konstantin Altoukhov est monté à la sauvette dans sa voiture, un pick-up Mazda, lorsqu'il s'est aperçu que la fourrière commençait à l'embarquer car il était garé sur un stationnement interdit.

«J'ai garé ma voiture dix minutes et quand je suis revenu, j'ai vu qu'on était en train de la remorquer. Alors j'ai sauté dedans», a-t-il déclaré au site d'informations populaires en ligne LifeNews.ru, précisant que le camion a roulé près de 70 mètres avant de se rendre compte de sa présence.

Ce Moscovite a ensuite refusé pendant plus de 20 heures de sortir de son véhicule, empêchant ainsi le camion de la fourrière d'avancer plus loin. Des habitants du quartier lui sont venus en aide, l'approvisionnant en vivres.

«Parkmen»

Konstantin Althoukhov, qui est devenu célèbre sur les réseaux sociaux et a gagné le surnom de «Parkmen», avait dès mercredi reconnu s'être mal garé et s'était dit prêt à payer une amende de 3.000 roubles (57 euros) pour stationnement interdit. Mais il refusait de payer les 5.000 roubles (95 euros) supplémentaires, nécessaires pour récupérer son véhicule à la fourrière.

Le Moscovite a finalement obtenu gain de cause, la fourrière acceptant de ne pas embarquer son véhicule. Une représentante du centre de gestion des parkings de Moscou, Ksenia Brodoulenko, a néanmoins indiqué qu'une expertise médicale avait été réclamée à son encontre, précisant que son comportement avait été jugé «non adéquat».

«Ensuite, c'est au tribunal que nous allons essayer de lui faire payer le prix du remorquage et des dégâts qu'il a causés à notre service. Car le camion de la fourrière devait poursuivre son travail et il était à l'arrêt», a-t-elle ajouté à la radio Echo de Moscou.