Le casse-tête de l’ordre de succession pour les jumeaux de Charlène

PEOPLE Lequel des deux bébés devancera l’autre pour accéder au trône monégasque…

Anissa Boumediene

— 

La princesse Charlène de Monaco attend des jumeaux.
La princesse Charlène de Monaco attend des jumeaux. — NIVIERE/VILLARD/SIPA

Branle-bas de combat sur le Rocher. La rumeur courait depuis un bon moment, mais cette fois, c’est officiel: Charlène est bien enceinte de jumeaux. L’épouse du Prince Albert II de Monaco a confirmé la bonne nouvelle dans une interview accordée au magazine Hello!. Aussitôt, l’annonce a déclenché pas mal de tempêtes sous les crânes pour savoir lequel des deux bébés serait le premier dans l’ordre de succession au trône.

Priorité au garçon

La solution à ce problème viendra peut-être du sexe des bébés car dans tous les cas, conformément à la Constitution monégasque, les deux enfants illégitimes du Prince Albert II ne pourront pas accéder au trône. Comme le prévoit l’article 10 de la Constitution monégasque, «la succession au Trône, ouverte par suite de décès ou d'abdication, s'opère dans la descendance directe et légitime du Prince régnant, par ordre de primogéniture avec priorité masculine au même degré de parenté». En clair, la loi prévoit que c’est le premier né qui accède au trône à condition qu’il soit un garçon. Dès lors, si la princesse attend de faux jumeaux, soit un garçon et une fille, c’est le petit prince qui raflera la couronne.

Le timing compte aussi

Oui mais que se passe-t-il si la princesse attend deux garçons? Là, le scénario se complique. Faut-il réserver le trône au premier bébé qui pointera le bout de son nez? Ce n’est pas si sûr. S’il y a une tendance persistante à décréter que le premier-né des jumeaux est l’aîné, il existe aussi des croyances selon lesquelles le second bébé à naître est en réalité le premier à avoir été conçu. Auquel cas c’est le second bébé qui arriverait en tête dans l’ordre de succession. Un schmilblick qui a déjà un précédent royal, comme l’a rappelé l’expert des têtes couronnées Stéphane Bern sur RTL, avec le cas de l’épouse du roi Louis XV dont la deuxième née des jumelles avait hérité du titre de «Madame première».

Les experts du Rocher ont jusqu’à la fin de l’année, quand les jumeaux royaux verront le jour, pour trouver la solution à ce casse-tête.