Un arbre qui produit 40 fruits différents, ça existe

CROISEMENTS Mais ça ne sera pas du tout viable pour l’agriculture…

Audrey Chauvet

— 

L'arbre aux quarante espèces différentes.
L'arbre aux quarante espèces différentes. — Capture d'écran

Faire des croisements entre espèces d’arbres, c’est banal. Mais joindre 40 espèces sur une même souche, c’est un exploit qu’un professeur d’université américain a relevé. «L’idée était de résumer un verger entier en un seul arbre», explique Sam Van Aken à Business Insider. Pommes, prunes, poires, et bien d’autres fruits pourraient voir le jour sur les 14 spécimens élevés patiemment.

Une œuvre d’art

Pour aboutir à cet arbre mutant, Sam Van Aken a procédé par greffage de branches, une méthode qui a sauvé la vigne française ravagée par le phylloxera au 19e siècle. Elle consiste à utiliser des pieds d’un arbre sain, appelés porte-greffes, pour y greffer des branches. Le professeur américain a ainsi commencé à greffer quatre à cinq branches, qui ont mis trois ans pour se développer. Il leur a ensuite encore attaché à chacune quatre ou cinq nouvelles espèces. Les quelque 25 espèces différentes ont mis encore deux années à pousser, avant que Sam Van Aken ne leur rattache de nouvelles branches. «Elles ont toutes conservé leur spécificité génétique, assure le professeur. On peut voir tous les fruits et les fleurs différentes.»

Pour Sam Van Aken, il ne s’agissait pas d’inventer le super-arbre du futur, le travail demandé pour le faire pousser (environ neuf ans) étant beaucoup trop long pour l’agriculture. Le professeur le voit plutôt comme une œuvre d’art: «Cela ne résoudra pas le problème de la faim dans le monde, mais j’espère que ça inspirera des pensées dans ce genre». L’arbre a été choisi par l’université de Syracuse, dans l’Etat de New York pour commémorer les victimes des attentats du 11 septembre. A terme, plusieurs arbres chamarrés pourraient orner le campus américain.