Les cinq pires idées de selfies

TENDANCE Il y a des selfies réussis certes, mais d'autres de très mauvais goût ou qui font prendre des risques inconsidérés. La preuve dans ce flop 5…

Fabrice Pouliquen

— 

d’Oscar Aguilar, un jeune vétérinaire mexicain de 21 ans, aimait faire des selfies dans de belles voitures, entouré de femmes ou encore avec une arme sur la tempe. Cela lui a été fatal.
d’Oscar Aguilar, un jeune vétérinaire mexicain de 21 ans, aimait faire des selfies dans de belles voitures, entouré de femmes ou encore avec une arme sur la tempe. Cela lui a été fatal. — Capture d'écran / Facebook

Difficile de ne pas succomber à la mode des selfies. Tout le monde s’y met, de Rihanna à l’astronaute Akihiko Hoshide, en passant par le pape François. Pourtant, cet autoportrait réalisé avec son smartphone ne sied pas à toutes les situations. La preuve.

>> Une autre compilation de selfies pris au mauvais moment

5 Avec une arme chargée sur la tempe. Le dernier exemple en date est l’œuvre d’Oscar Aguilar, un jeune vétérinaire mexicain de 21 ans. Sa lubie? Se prendre en selfie dans des voitures luxueuses ou entouré de belles femmes, raconte ce lundi le site news.com. Mais la semaine dernière, Oscar Aguilar a eu la mauvaise idée de le faire avec un pistolet sur la tempe. Ignorant qu’il était chargé, l’homme aurait agité l’arme et le coup de feu aurait fini par partir...

4 Les pieds dans l’eau avec un éclair dans le fond. On reste au Mexique, avec une autre idée de selfie qui n’est pas passé loin de la catastrophe en juillet dernier. Luis Morales Fukutake et sa petite amie se trouvaient dans le lagon de Yal-Ku, près de Cancun, pour leurs vacances. Voyant une tempête approcher, des garde-côtes leur ont conseillé de sortir de l’eau, pour éviter tout risque d’électrocution. Ce que les deux jeunes gens ont fait, mais pas sans avoir d’abord réalisé un selfie avec une Go-Pro. Juste au moment où un éclair apparaît à l’arrière-plan et frappe des arbres. Résultat: pas de victimes et une vidéo spectaculaire, mais les pieds dans l’eau, le couple aurait très bien pu y laisser la vie.

3 En plein Tour de France. Cet été, le selfie a aussi gagné la Grande Boucle au grand dam des cyclistes. C’est déjà dommage d’attendre des heures les cyclistes pour leur tourner le dos à leur passage. Les coureurs, eux, voient aussi les risques accrus de chutes. «Ceux qui font ça ne nous voient pas venir et sont debout sur la route, c’est très risqué, s’énervait Geraint Thomas, interrogé par le Guardian. Il y a eu trop d’accidents avec des coureurs qui ont renversé des spectateurs, on ne veut plus voir ça.» L’Américain Tejay van Garderen est lui beaucoup plus direct. «C’est un dangereux mix de vanité et de stupidité», juge le coureur de BMC.

2 Dans le bureau ovale. Mauvaise idée aussi, le selfie en plein boulot. Surtout lorsqu’on est journaliste chargé de suivre le président François Hollande lors d’un déplacement aux Etats-Unis en février dernier. Les selfies de la délégation de journalistes français dans le bureau ovale ou au pupitre du président Obama sont mal passés auprès du service de sécurité de la Maison-Blanche. Et ont été moqués par la presse américaine surprise par la turbulence des journalistes français.

Selfiedans le bureau Ovale… #PRUSA pic.twitter.com/Sqmftznp08

— Thomas Wieder (@ThomasWieder) 11 Février 2014

1 Pendant une tentative de suicide… Et puis il y a aussi les selfies de mauvais goût. Comme celui rapporté par le New York Post en décembre dernier. Le tabloïd new-yorkais avait fait sa une sur une jeune femme se tirant le portrait alors qu’en arrière-plan un homme menaçait de sauter du pont de Brooklyn.

«Alors que de nombreux spectateurs regardaient l’opération dramatique de la police, la photographe, sans scrupule, a tourné le dos à la scène, positionné son téléphone pour viser le pont, et a pris une photo», écrit le journaliste dans un article intitulé «Mon selfie avec le mec suicidaire du Brooklyn Bridge». Selon lui, «elle s’est même fendue d’un léger sourire». Quand il s’est approché pour lui demander son nom, elle a répondu «Je ne veux pas (le donner)» et s’est vite éclipsée.