Ohio: Un vétéran devant la justice pour détention illégale de canards

SANTÉ Darin Welker, un soldat gravement blessé au dos en Irak, affirme que ses quatorze canards l’aident à se soigner physiquement et mentalement...

Bérénice Dubuc

— 

Capture d'écran d'une vidéo du journal «Coshocton Tribune», montrant le vétéran américain Darin Welker et l'un de ses «canards thérapeutiques».
Capture d'écran d'une vidéo du journal «Coshocton Tribune», montrant le vétéran américain Darin Welker et l'un de ses «canards thérapeutiques». — «Coshocton Tribune

Un vétéran américain de la guerre d’Irak doit comparaître devant la justice cette semaine pour détention illégale de quatorze canards. La ville de West Lafayette, dans l’Ohio, où il réside a en effet interdit depuis 2010 à ses habitants de posséder des volailles ou tout autre animal de ferme.

Mais Darin Welker, qui risque une amende de 150 dollars (110 euros) mais surtout la confiscation de ses animaux, affirme que ses canards l’aident à se soigner. L’homme, qui a été gravement blessé au dos en Irak en 2005, est en effet dépressif et atteint du syndrome de stress post-traumatique, rapporte le Coshocton Tribune, le journal local.

«Cochon thérapeutique»

L’ancien soldat a expliqué au quotidien qu’il avait une lettre du ministère des Anciens combattants recommandant qu’il conserve ses canards. En 2012, le ministère a en effet pris en charge l’opération du dos de Darin Welker, mais refusé de payer pour la rééducation, selon ce dernier. Welker a acquis ses canards en mars dernier, après avoir entendu parler de ce type de thérapie, en pensant qu’il ne risquait rien à essayer.

«Prendre soin d’eux est à la fois une thérapie physique et mentale», a-t-il raconté au quotidien local. Il les nourrit et s’en occupe, ce qui l’aide sur le plan physique selon lui, et passe parfois seulement du temps avec eux ou à les regarder s’égayer entre eux, ce qui l’aide mentalement, affirme-t-il encore. C’est la défense qu’il compte adopter mercredi devant le tribunal, s’inspirant peut-être d’une autre résidente de West Lafayette, Mary Smith.

Cette dernière, propriétaire d’un cochon, a présenté l’an dernier une lettre de son médecin affirmant que la bête l’aidait dans sa thérapie pour soigner sa scoliose et la spina bifida de sa fille. Le conseil municipal avait ensuite approuvé une modification de la loi autorisant un cochon par foyer du moment qu’un médecin juge que ce dernier possède des vertus thérapeutiques.