Chine: Des places de parking réservées aux femmes font polémique

CHINE En créant des places de parking plus larges pour sa clientèle féminine, affirmant vouloir l'aider à se garer, un centre commercial a déclenché un débat sensible en Chine, pays prônant officiellement l'égalité des sexes...

20 Minutes avec AFP

— 

Une place de parking marquée en rose de la mention «respectueusement réservée aux femmes». Galanterie ou sexisme? Ce centre commercial de Dalian, dans le nord-est de la Chine, provoque la polémique. Le 7 juillet 2014.
Une place de parking marquée en rose de la mention «respectueusement réservée aux femmes». Galanterie ou sexisme? Ce centre commercial de Dalian, dans le nord-est de la Chine, provoque la polémique. Le 7 juillet 2014. — JOHANNES EISELE / AFP

Machisme ou galanterie? En créant des places de parking plus larges pour sa clientèle féminine, affirmant vouloir l'aider à se garer, un centre commercial a déclenché un débat sensible en Chine, pays prônant officiellement l'égalité des sexes.

Situé au coeur de la ville septentrionale de Dalian, le «mall» Dashijiedaduhui («Métropole mondiale») ressemble à ces milliers de centres commerciaux qui accompagnent l'éruption urbanistique chinoise. On y trouve des enseignes de fast-food, des magasins de vêtements en franchise, un cinéma multiplexe, des ascenseurs de verre pris d'assaut. Et, en fond sonore, des musiques abrutissantes censées attirer le chaland.

Dix nouvelles places tracées à la peinture rose

Puis l'inévitable Starbucks, lieu de ralliement de cette classe moyenne chinoise qui alterne les cappuccinos et le lèche-vitrine, pour commander ensuite sur Internet les derniers accessoires de mode. C'est donc par son parking que le centre commercial Dashijiedaduhui est sorti des rails de l'uniformité.

Les conductrices éprouvant des difficultés à se garer au niveau exigu du sous-sol, il a été décidé de créer à l'air libre des emplacements spéciaux destinés aux femmes. En s'inspirant d'une idée déjà mise en pratique en Corée du Sud. Les dix nouvelles places, plus larges en moyenne de 30 centimètres, ont été tracées à la peinture rose devant l'entrée principale. «Place de parking respectueusement réservée aux femmes», est-il inscrit, en rose également.

«Quel sexisme!», se sont insurgés des internautes, en reprochant à l'initiative de conforter le cliché de la femme incapable d'évaluer les dimensions de son véhicule. «C'est galant en apparence, mais c'est méprisant pour les femmes», a jugé l'un d'entre eux. D'autres ont dénoncé une «discrimination à l'encontre des automobilistes masculins».

«Cela ne veut pas dire qu'elles conduisent moins bien que les hommes»

Des accusations rejetées en bloc par la direction du centre commercial. «On a simplement voulu faciliter les choses pour les femmes, qui sont majoritaires parmi nos clients», assure à l'AFP Yang Hongjun, une responsable du site. «Si les places de parking sont plus larges pour les femmes, c'est uniquement pour raison pratique, cela ne veut pas dire qu'elles conduisent moins bien que les hommes». Yong Mei, une cliente et conductrice rencontrée sur place, confirme: «Ce n'est pas sexiste. C'est juste plus commode». Elle concède cependant: «Les femmes ont seulement quelques soucis pour bien voir en se garant».

La Chine prône officiellement l'égalité des sexes selon les préceptes marxistes-léninistes et Mao Tsé-toung avait lancé cette formule célèbre: «Les femmes portent la moitié du ciel». Mais dans les faits un machisme tenace continue d'imprégner des pans complets de la société. La vie politique chinoise reste ainsi solidement ancrée dans un univers masculin.

«Parfois les femmes manquent de sens de l'orientation»

La polémique des parkings roses de Dalian évoque les réactions outrées qu'a suscitées l'an dernier la police de Pékin en publiant des instructions aux automobilistes féminines. «Ne conduisez pas avec des hauts talons», «desserrez le frein à main avant de rouler», pouvait-on lire dans ces conseils aux conductrices. «Parfois les femmes manquent de sens de l'orientation et quand elles conduisent, elles hésitent et ne savent pas quelle route prendre», avait constaté la police pékinoise. Qui avait ainsi enfoncé le clou: «Elles sont souvent incapables de trouver leur point de destination, même si elles y sont allées à de nombreuses reprises».

Le très discutable débat sur les femmes au volant a tendance à masquer en Chine le problème nettement plus aigu des comportements dangereux généralisés sur les routes. Où ce sont bien les hommes qui sont impliqués dans la plupart des accidents. Au moins 38 personnes sont mortes samedi dans un violent carambolage suivi d'un incendie sur une autoroute du centre du pays.