Il collecte de l’argent pour réaliser le rêve de sa fille malade et le dépense au supermarché

GRANDE-BRETAGNE Les 3.500 livres destinées à faire nager sa fille avec des dauphins ont fini au Tesco du coin…

A.Ch.

— 

Ashanti, malade de la progéria, à l'âge de deux ans.
Ashanti, malade de la progéria, à l'âge de deux ans. — REX/SIPA

Un comportement «insensible et méprisable»: le juge de Chichester, sur la côte sud de l’Angleterre, a ainsi résumé l’attitude d'Albi Elliott, le père d’une petite fille de 11 ans atteinte d’une très grave maladie, qui a détourné de l’argent collecté auprès d’une association. Les quelque 3.500 livres sterling (près de 4.400 euros) qui étaient destinés à réaliser le rêve de la petite Ashanti, nager avec les dauphins, sont parties en fumée en l’espace de deux mois dans un supermarché Tesco. Le père, coupable de ce détournement, a été condamné à trois ans d’emprisonnement.

Mensonges et dégoût

Atteinte de progeria, une maladie génétique qui entraîne un vieillissement accéléré, Ashanti n’a une espérance de vie que d’une quinzaine d’années et une association locale avait décidé de se mobiliser pour lui offrir son rêve: nager avec les dauphins aux Etats-Unis. Mais le père de la petite fille avait bien caché cet élan de générosité à toute sa famille, et avait encaissé l’argent à son nom. Lorsque la mère de l’enfant a découvert le pot aux roses, le père a tenté de se défendre en arguant qu’il avait mis l’argent à l’abri dans le coffre de ses propres parents pour les funérailles de sa fille. Mais lorsque la police a rendu visite aux grands-parents de la petite malade, ceux-ci ont assuré ne pas avoir vu leur fils depuis plusieurs années.

Albi Elliott a ensuite prétendu avoir enterré l’argent dans son jardin, mais encore une fois la police n’a rien trouvé. Condamné à trois ans de prison pour ce détournement, Albi Elliott a dégoûté les donateurs: «C’est très triste, témoigne le président de l’association. Il y a tellement de gens qui ont besoin d’aide et que nous voudrions aider, mais cela a effrayé nos membres.»