Après le monstre du Lock Ness, voici le crocodile de Bristol

CROCODILE La bête n’avait plus été vue depuis six mois, jusqu’à ce que Tamara Blanco la croise lors de son jogging mardi dernier…

Fabrice Pouliquen

— 

La photo de la bête prise par Tamara Blanco lors de son footing mardi, publiée sur le site du «Telegraph».
La photo de la bête prise par Tamara Blanco lors de son footing mardi, publiée sur le site du «Telegraph». — Capture d'écran/The Telegraph

Et si Nessie, le monstre du Loch Ness, n’était pas la seule créature à peupler les eaux de Grande-Bretagne? Un crocodile hanterait depuis plusieurs mois la rivière Avon, dans la région de Bristol. Tamara Blanco est la dernière à avoir pris une photo de la bête pendant son jogging mardi. Sur le cliché, pas très clair, on voit ce qui pourrait être la tête et le museau de l’animal émerger des flots.

«Oh mon dieu, c’est un crocodile?»

Tamara Blanco en est certaine. «J’étais apeurée parce que cette chose, quelle qu’elle soit, bougeait dans l’eau», raconte-t-elle au Bristol Post. Je pouvais sentir mes cheveux se dresser sur la tête. Je me suis dit: "Oh mon dieu, c’est un crocodile?"»

Simple hallucination? Pas si sûr. Car Tamara Blanco n’est pas la seule à avoir vu la bête. Il y a six mois, un conducteur de bus de Bristol avait déjà assuré avoir vu un crocodile nageant sous un pont de la rivière Avon. Puis, deux jours plus tard, une mère de trois enfants l’aurait également surpris. Ces deux témoignages avaient été confortés encore par une séquence vidéo amateur, réalisée par un conseiller municipal de Bristol, montrant une masse noire dérivant vers la berge de la rivière.

Déjà plusieurs témoignages il y a six mois

Mais depuis six mois, plus rien! Comment ce crocodile aurait-il pu survivre si longtemps dans les eaux de Bristol? C’est tout l’argument des plus sceptiques qui martèlent que les chances de survie d’un crocodile dans la rivière Avon sont nulles. Mais «Crocodile Joe», présenté par The Telegraph comme l’un des experts britanniques en reptile, laisse planer le doute. «Si c’est un gros crocodile, il est probable qu’il ait pu survivre tout ce temps. L’hiver relativement doux a dû l’aider. C’est plus probable qu’il s’agisse d’un alligator. Ils n’ont pas nécessairement besoin d’eaux chaudes pour survivre.»