Sexisme: Un futur site de co-voiturage fait dans le très mauvais goût

PUBLICITE «Elles sont bonnes, mais qu’est-ce qu’elles sont connes» ou encore «accompagnez Audette pour son dernier voyage». Pour faire sa pub, eco-voiturage.fr a misé sur le bad buzz…

Fabrice Pouliquen

— 

Bizarre la campagne de communication du futur site ecovoiturage.fr... Les internautes n'apprécient guère.
Bizarre la campagne de communication du futur site ecovoiturage.fr... Les internautes n'apprécient guère. — Capture d'écran/Facebook

La rédaction du site Internet lesnouvellesnews.fr, prompt à dénicher les pubs sexistes, a trouvé de nouvelles perles sur la page facebook d’un futur site de co-voiturage. Eco-voiturage.fr, qui promet à ses futurs utilisateurs de «voyager autrement», vient de lancer une campagne de publicité jouant de nouveau sur le sexisme au volant. Sans prendre de pincettes.

«Mêmes les femmes ont le droit de conduire»

«Mêmes les femmes ont le droit de conduire», est-il inscrit sur l’une des affiches montrant une femme au volant en pleine embardée. Ou encore «Elles sont bonnes, mais qu’est-ce qu’elles sont connes» en dessous de deux jeunes femmes prenant le vent à l’arrière d’une décapotable.

 

De plus mauvais goût encore cette image d’une vieille dame au volant accompagné du texte: «Accompagnez Audette pour son dernier voyage».

 

Une avalanche de commentaires négatifs

Difficile de savoir qui se cache derrière ce nouveau site. Mais si eco-voiturage.fr cherchait le «bad buzz», c’est réussi. Les internautes se lâchent sur le compte facebook du futur site de coivoiturage:

«Vos pubs sont d’un sexisme ahurissant!!! Comment est-ce possible?!, s’insurge l’un d’entre eux. Moi qui étais content de trouver un autre site de covoiturage, c’est complètement loupé, dommage. Je suis dégoûté et révolté». «C’est vous qui avez l’air d’être sacrément con», écrit un autre. Etonnante stratégie marketing!

Le méa culpa d'éco-covoiturage

Sur Twitter, @SebGaldean, le graphiste à l’origine du design d’éco-covoiturage.fr, donne quelques éléments d’explications: «Les publicités avaient pour objectif de faire parler du produit en bien ou en mal. Elles devaient être trash, choquantes, décalées (…) jouer avec l’autodérision et les clichés. (…) Nous voulions nous moquer de ces clichés en les poussant à l’extrême…»​ 

 

Ce mardi après-midi, éco-covoiturage.fr a fait son méa-culpa, toujours dans un tweet. Les messages de publicité ont aussi été supprimés.