Harvard confirme posséder un livre relié en peau humaine

LIVRES Car «un livre sur l’Âme humaine méritait bien qu’on lui donna un vêtement humain», selon une note retrouvée dans l’ouvrage...

Bérénice Dubuc

— 

Capture d'écran d'un tweet de la Harvard Library montrant le livre «Des destinées de l'âme», du Français Arsène Houssaye, relié en peau humaine
Capture d'écran d'un tweet de la Harvard Library montrant le livre «Des destinées de l'âme», du Français Arsène Houssaye, relié en peau humaine — 20 Minutes

Les anglophones recommandent de ne jamais juger un livre d’après sa couverture. A prendre au pied de la lettre en ce qui concerne l’ouvrage Des destinées de l’âme, d’Arsène Houssaye, un auteur français du XIXe siècle. En effet, les administrateurs de la bibliothèque de l’université de Harvard ont confirmé mercredi que ce livre est un exemple de «bibliopégie anthropodermique». En clair, que la matière utilisée pour relier cet ouvrage est de la peau humaine.

Le 4 avril dernier, une rumeur voulant que trois livres -dont celui de l’écrivain Français Arsène Houssaye- détenus par différentes bibliothèques de l’Université d’Harvard seraient reliés en peau humaine avait circulé, rappelle le Huffington Post. L’université a donc effectué des tests pour vérifier cette affirmation, et selon le conservateur des livres rares de l’université, Alan Puglia, les scientifiques sont sûrs à 99,9 % que le livre écrit en 1879 est recouvert de peau humaine. Les analyses ont en revanche mis en avant que les deux autres livres suspectés étaient constitués de peau de mouton.

 

Dans une lettre ouverte aux lecteurs publiée sur le site de la Houghton Library le 4 juin dernier, l’histoire de l’ouvrage est retracée, tout comme la méthode utilisée par les chercheurs pour les analyses. Ils ont prélevé puis analysé de minuscules parcelles du livre selon une technique d’identification des protéines de la peau, dans le but d’exclure toute origine animale.

Dans une note retrouvée à l’intérieur du livre, son ancien propriétaire et ami d’Arsène Houssaye, le docteur Ludovic Boulland (1839-1932) explique que «ce livre est relié en peau humaine parcheminée» car «un livre sur l’Âme humaine méritait bien qu’on lui donna un vêtement humain». Il ajoute qu’il avait «réservé depuis longtemps ce morceau de peau humaine pris sur le dos d’une femme» à cet effet.