Dans le Tarn, un chien renifleur retrouve le butin d’un vol au cimetière

INSOLITE Ce Saint-Hubert a non seulement retrouvé les 1.000 euros et les bijoux volés, mais il a aussi permis de confondre les deux voleurs…

Fabrice Pouliquen

— 

Le Saint-Hubert peut retrouver des traces jusqu'à 96 heures après les faits au lieu de quinze heures seulement pour un chien normal
Le Saint-Hubert peut retrouver des traces jusqu'à 96 heures après les faits au lieu de quinze heures seulement pour un chien normal — HO / GENDARMERIE / AFP

Un auxiliaire très efficace. Un chien au service de la gendarmerie a permis grâce à son flair remarquable de retrouver le butin dun cambriolage caché dans le cimetière dun village du Tarn et de confondre les voleurs, ont annoncé ce mercredi les gendarmes du Tarn.

Ce Saint-Hubert a «pu retracer dimanche le parcours des mis en cause de l’intérieur du domicile des victimes jusqu’au cimetière de la commune du Fraysse (Tarn) où les objets volés ont été découverts», explique le colonel Pierre Bouquin, commandant du groupement de gendarmerie du Tarn.

1.000 euros et de nombreux bijoux en guise de butin

Au cimetière, le chien a conduit les enquêteurs vers les 1.000 euros en espèces et nombreux bijoux qui y avaient été dissimulés. Les deux présumés cambrioleurs avaient été aperçus samedi par un habitant. Ils avaient été arrêtés presque aussitôt par les gendarmes, aidés par des villageois qui avaient dégonflé les pneus de la voiture des suspects et bloqué toute possibilité de fuite.

Le chien du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie d’Auch (Gers) a également permis de désigner les deux suspects. Après avoir senti le butin, il est allé directement vers eux alors qu’ils avaient été placés au milieu d’autres personnes.

Capable de retrouver des traces jusqu’à 96 heures après les faits

«Cet animal peut retrouver des traces jusqu’à 96 heures après les faits au lieu de quinze heures seulement pour un chien normal», précise le capitaine Yannick Ultreras au quotidien La Dépêche du Midi. Les deux hommes ont été condamnés par le tribunal correctionnel d’Albi à trois et cinq mois de prison ferme.