Cinquante prénoms qui irritent l'Arabie saoudite

INSOLITE Jugés blasphématoires ou trop occidentaux, l’Arabie Saoudite vient d’interdire 50 prénoms aux jeunes parents...

Fabrice Pouliquen

— 

Un bébé de dix mois a été hospitalisé à Périgueux après avoir ingéré de la résine de cannabis laissée près de lui par sa mère, a-t-on appris samedi auprès du parquet. 
Un bébé de dix mois a été hospitalisé à Périgueux après avoir ingéré de la résine de cannabis laissée près de lui par sa mère, a-t-on appris samedi auprès du parquet.  — Philippe Huguen AFP

Alice, Sandy, Abdul Ati, Nardeen… En Arabie saoudite, les futurs parents peuvent faire une croix sur ces prénoms ainsi que sur 46 autres, explique Le Huffington Post Maghreb. Le bureau de l’état civil relevant du ministère de l’Intérieur a publié une liste de 50 prénoms interdits, car «inappropriés» ou même «blasphématoires» pour le royaume wahhabite. Cette liste comprend des prénoms d’origine occidentale (Alice, Linda…) mais aussi d’autres à connotation royale comme Malika (reine) ou Amir (prince).

Des interdictions surprenantes

Gulfnews.com, le site internet du quotidien anglophone publié à Dubaï, note que certains prénoms de la liste n’entrent dans aucune des catégories.

C’est le cas d’Abdul Naser et Binyamin, «pas particulièrement offensants envers les musulmans. Mais Binyamin, qui selon l’islam est le fils du prophète Jacob et le frère du prophète Joseph, est aussi le nom de l’actuel premier ministre israélien. Abdel Nasser, pour sa part, est le nom du célèbre président égyptien, figure du nationalisme arabe, en désaccord avec l’Arabie saoudite.»