Etats-Unis: Un arrière-grand-père récupère le mauvais enfant à l’école

FAITS-DIVERS Un homme âgé de 79 ans devait aller chercher le fils de sa petite-fille, malade, à la sortie de l’école. Sauf qu’il s’est trompé d’enfant…

G.B.

— 

L'enfant aurait dû prendre le bus pour rentrer chez lui
L'enfant aurait dû prendre le bus pour rentrer chez lui — Paul Brown / SIPA

«Chéri, tu t’es trompé d’enfant.» C’est ce qu’a dû dire la femme de cet arrière-grand-père américain de Sterling, dans le Connecticut, au nord-est des Etats-Unis, quand elle s’est rendu compte que son mari avait ramené le mauvais garçon de l’école, apprend-on dans un article du New York Post.

Sa petite-fille lui avait demandé quelques heures plus tôt d’aller récupérer son fils et de le garder chez eux parce qu’elle était malade. Même bonnet, même couleur de manteaux, plus ou moins la même taille et le même poids, l’arrière-grand-père n’a pas fait très attention et a dit au mauvais garçon de monter avec lui dans la voiture, après lui avoir expliqué pourquoi il était là.

Mais quand il a tourné à droite, au lieu de tourner à gauche sur Pine Hill Road, le jeune garçon, Everett, âgé de 5 ans, a réalisé que quelque chose n’allait pas et a refusé de descendre de la voiture.

La police pas prévenue immédiatement
 

Immédiatement, les deux arrière-grands-parents ont appelé l’école et fait demi-tour. De leur côté, les parents d’Everett ont commencé à paniquer quand ils ont découvert que leur fils n’était pas présent à la descente du bus.

«Le principal a appelé ma femme et lui a dit qu’il y avait eu une erreur et que notre enfant était parti avec le grand-père d’un autre, explique au journal américain le père de l’enfant. Il a dit qu’ils s’étaient rendu compte de leur erreur, et ils l’ont mis dans un bus, tout seul, alors qu’il était effrayé.»

Mais le pire pour les parents, c’est que l’école n’a pas prévenu tout de suite la police. «Pendant tout le week-end, nous ne savions pas qui était cette personne qui avait récupéré notre enfant, où il vivait… L’école n’a pas donné ces informations à la police. L’idée même que ce genre d’événement puisse arriver est terrifiante. Dieu merci, c’était un vieil homme innocent qui ne voulait pas de mal à notre enfant, mais n’importe qui aurait pu venir et l’enlever.»

De son côté, l’école a reconnu son erreur. «Nous aurions dû prévenir la police», a reconnu la superintendante Rena Klebart, au Post, tout en refusant de dire pourquoi ils ne l’ont pas fait.