A 4 ans, elle crée des robes en papier stupéfiantes

MODE Angie, sa mère, lui donne un coup de main et poste leurs créations en ligne...

Bérénice Dubuc

— 

Capture d'écran du compte Instagram montrant les créations de Mayhem.
Capture d'écran du compte Instagram montrant les créations de Mayhem. — Instagram

Du papier, du scotch ou de la colle, et un beaucoup d’imagination. C’est tout ce qu’il faut à Mayhem, comme la surnomme sa mère sur Internet, une petite Américaine âgée de 4 ans, pour créer une robe. Ange, sa maman, poste ensuite les photos de ses créations sur Instagram et sur un site dédié.

C’est sa maman, Angie, qui a eu l’idée de lui confectionner des robes en papier, alors que la petite fille semblait très intéressée par la mode et essayait elle-même de fabriquer ses propres créations à partir des affaires de sa mère. La plupart des robes sont faites en papier à dessin, mais certaines sont aussi agrémentées de papier de soie, de papier cadeau, de tulle, ou encore d’aluminium, le tout fixé avec du scotch ou de la colle.

«Tant qu’elle veut en faire, nous continuerons»


«Les idées viennent à 50 % de Mayhem et 50 % de moi, mais elle participe beaucoup plus à la fabrication que la plupart des gens ne pourraient le croire», a raconté la maman au Huffington Post. «Ce qui est vraiment génial, c’est qu’elle apprend de nouvelles choses chaque jour. Désormais, elle sait exactement combien de feuilles de papier elle a besoin pour se faire un haut et un bas. Elle peut créer une robe entièrement et l’assembler toute seule.»

La petite fille s’inspire de dessins animés, de livres qu’elle aime, de ses sorties (la robe requin a par exemple été créée après une visite à l’aquarium) ou encore des robes des stars sur tapis rouge.

Sa mère insiste cependant sur le fait que la création de nouvelles robes se fait à la demande de Mayhem. «Après avoir créé notre première robe en papier, Mayhem a demandé à en faire une autre le lendemain. Puis une autre le jour suivant. Et je suis étonnée qu’elle veuille continuer à en faire 9 mois plus tard. Je ne sais pas elle va vouloir continuer, mais tant qu’elle veut en faire, nous continuerons.»