VIDEO. Une jeune Américaine en finale de «Arabs got Talent»

T'AS VU Jennifer Grout a séduit le jury du télécrochet diffusé au Moyen-Orient par ses reprises de chansons traditionnelles alors qu'elle ne parle pas un mot d’arabe...

C.P.
— 
Jennifer Grout, la jeune américaine sélectionnée en finale de Arabs Got Talent.
Jennifer Grout, la jeune américaine sélectionnée en finale de Arabs Got Talent. — Youtube

«Quel est ton nom ?» - «Pardon ?». L’entrée en piste de Jennifer Grout le 28 septembre dernier lors des sélections de la troisième saison de l’émission «Arabs Got Talent » avait plutôt mal commencé. Assise sur scène avec son oud, un instrument traditionnel arabe, la jeune américaine de 23 ans, ne comprenait pas un mot de ce qui lui disait le présentateur star de l’émission, l’acteur égyptien Ahmed Helmy. Moins de deux minutes plus tard, son interprétation de la chanson d’amour mythique de la diva Oum Kalthoum «Baeed Annak» avait conquis le public et le jury. «Tu ne parles pas un mot d’arabe et pourtant  tu chantes mieux que les autres chanteurs»,  lui a même lancé un des membres  du jury, la chanteuse libanaise Najwa Karam.



Et le miracle a une nouvelle fois eu lieu lors de la troisième soirée des performances «Live» de l’émission, diffusée samedi 9 novembre. Son interprétation de «Ya Toyoor», de la syrienne Asmahan la propulsant en finale le 7 décembre prochain. Une première pour une non-arabophone.



Un prodige tel que certains soupçonnent a jeune américaine de cacher ses origines arabes pour faire parler d’elle. «Il y a beaucoup de rumeurs comme quoi je ne suis pas vraiment américaine» a réagi la jeune femme dans le Guardian. «Je suis très flattée car cela signifie que je suis en train de faire quelque chose… d’incroyable». «J’ai une bonne oreille pour prendre des accents mais pas nécessairement pour les langues», a-t-elle ajouté selon le quotidien britannique.

Aprè des études de violon et de piano, cette fille de musiciens n’a commencé à s’intéresser à la musique arabe qu’en 2010 après la lecture d’un article sur la chanteuse libanaise Fairouz à l’occasion d’un séjour universitaire au Canada. Partie au Maroc pour s’immerger dans cette culture musicale, elle a enregistré deux CD avec des artistes locaux avant qu’un ami d’ami lui conseille de passer l’audition de «Arabs Got Talent». Un format d’émission qu’elle ne regardait même pas aux Etats-Unis.

Retrouvez les meilleures parties des deux vidéos en regardant la vidéo ci-dessous.