Serge le lama risque-t-il le burn-out?

INSOLITE Le lama du cirque multiplie les sorties en public et virées nocturnes un mois après être devenu la coqueluche des réseaux sociaux...

C.P.
— 
Serge le lama, le 7 novembre 2013 à Bordeaux.
Serge le lama, le 7 novembre 2013 à Bordeaux. — MEHDI FEDOUACH / AFP

Tournage du clip de son futur tube Lamaoutai au Rush Club de Cannes ce vendredi, ovation par les 17.000 spectateurs du Starfloor au Palais omnisports de Paris Bercy samedi soir: depuis sa virée dans un tramway bordelais avec une bande d’étudiants éméchés le 31 octobre, Serge le lama est partout.


Serge le lama met le feu à #STARFLOOR pic.twitter.com/4mtZNQqx2z
— STARFLOOR - FunRadio (@STARFLOOR) 23 Novembre 2013

La semaine dernière, l’animal avait déjà enchaîné des sorties dans deux supermarchés, une apparition dans un match de hockey et en avant-match de football de Ligue 1 au stade Chaban-Delmas à Bordeaux.

A chaque fois, déplacement, bain de foule, musique hystérique et lumière à gogo. Certes l’animal est un habitué du showbiz et des tournées, puisqu’il appartient au Cirque franco-italien. Ses propriétaires , qui ont même décidé le 6 novembre de déposer de marque «Serge le lama» auprès de l'Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi), assurent que l’animal n’est pas du tout lassé de l’attention autour de lui : «Au contraire, il faut le tenir, il adore ça» confiait il y a deux semaines à 20 Minutes le directeur de la communication, tout en assurant que son animal était «très doux».

La SPA agacée

Toutefois les associations de défense des animaux s’inquiètent. Contactée  le 11 novembre par 20 Minutes, la responsable de l’antenne bordelaise de la Société protectrice des animaux (SPA), Anne Dupuis ne décolérait pas: «J’aimerais bien que le directeur du cirque m’explique comment il parvient à penser à la place de son lama!» «Le cirque se fait de la pub sur le dos de Serge et c’est déplorable, poursuit-elle. Ce n’est pas du tout sa place.»

«Nous tenons à rappeler qu’un animal est un être sensible qui n’a pas sa place dans un lieu tel qu’une discothèque où le bruit et les animations sont nocifs à son bien-être», rappelait mercredi dans un communiqué la SPA Lyon. «Nous demandons donc au propriétaire de l’animal, le directeur du Cirque franco-italien John Beautour, qui profite de la notoriété du camélidé, d’agir de manière responsable et respectueuse vis-à-vis de cet animal et donc de cesser de répondre à ces demandes où le lama est exhibé dans des conditions incompatibles avec son bien-être comportant au demeurant des risques de dérapages évidents», poursuit l’association qui a annoncé à Métronews avoir alerté la direction départementale de la protection des populations (DDPP) de Cannes sur la visite de Serge au Rush Club.