Elle poursuit l’hôpital et l’anesthésiste qui lui a collé une fausse moustache pendant son opération

MÉDECINE a plaignante, qui n'a pas été identifiée, affirme que cette blague potache a violé sa dignité et mis sa santé en danger...

Bérénice Dubuc

— 

Capture d'écran d'une vidéo de la chaîne de télévision californienne KCal 9, montrant le visage de Veronica Valdez, orné d'une fausse moustache et de fausses larmes, lors de son opération au Torrance Memorial Medical Center.
Capture d'écran d'une vidéo de la chaîne de télévision californienne KCal 9, montrant le visage de Veronica Valdez, orné d'une fausse moustache et de fausses larmes, lors de son opération au Torrance Memorial Medical Center. — 20 MINUTES

Ca ne l’a pas fait rire. Veronica Valdez, 27 ans, une habitante de Los Angeles, poursuit le Torrance Memorial Medical Center, l’hôpital où elle a été opérée en octobre 2011, ainsi que l’anesthésiste qui a œuvré lors de l’intervention. Cause de sa plainte? Le Dr. Patrick Yang lui a collé une fausse moustache au-dessus de la bouche et des autocollants représentant des larmes jaunes sous l’œil gauche pendant la procédure, avant qu’une infirmière ne la prenne en photo, rapporte la chaîne de télévision ABC News.

La plaignante affirme que cette blague potache a violé sa dignité et mis sa santé en danger. Dans sa plainte, elle affirme avoir été placée sous anesthésie générale alors qu’elle aurait pu être légèrement sédatée «dans le seul but de l'humilier». Elle demande des dommages et intérêts, ainsi qu’une compensation pour ses pertes financières, passées et futures, et la prise en charge de ses frais de justice.

>> Regardez un extrait de l'interview de KCal 9:

«Angoisse» et «détresse émotionnelle et physique »

C’est lorsqu’elle est retournée travailler -elle est acheteuse de fournitures chirurgicales dans le même hôpital- qu’elle a appris la blague qui s’était jouée à ses dépens. Ce sont des collègues, qui avaient vu les photos, qui lui en ont parlé. Dans sa plainte, elle indique qu’elle n’a pas pu retourner travailler, victime d’«angoisses» et de «détresse émotionnelle et physique » après la blague.

Son avocat a affirmé à la chaîne de télévision locale KCal 9 qu'elle a entamé ces poursuites pour s'assurer que d'autres patients ne vivraient pas la même mésaventure.

Des allégations«inexactes, grossièrement exagérées ou fabriquées»

L’hôpital a reconnu l’incident et a indiqué que, même si l’on pouvait convenir que l’anesthésiste et l’infirmière avaient «fait preuve de peu de jugement», la plupart des allégations de Veronica Valdez sont «inexactes, grossièrement exagérées ou fabriquées». Le Torrance Memorial demande le rejet de la plainte, soulignant que l’anesthésiste et la patiente avaient une relation «amicale».

L’hôpital indique par ailleurs avoir pris les mesures disciplinaires appropriées à l’encontre des deux mis en cause, et que l’enquête interne, tout comme celles lancées par deux organismes indépendants, n’avaient rien donné. Le Dr. Yang a été suspendu deux semaines et l'infirmière a elle aussi été réprimandée, mais pas licenciée.