Valérie Pécresse agace avec des propos sur le congé parental

POLITIQUE L'élue UMP estime que les pères doivent pouvoir «s'impliquer dans des problèmes un peu plus compliqués» que les changements de couches...

E.O.

— 

La députée UMP Valérie Pécresse, le 2 juillet 2013 lors d'un meeting de François Fillon à Saint-Cloud.
La députée UMP Valérie Pécresse, le 2 juillet 2013 lors d'un meeting de François Fillon à Saint-Cloud. — WITT/SIPA

C’est une interview datée du samedi 2 juillet, qui ressort ce mardi. Interrogée par le Journal des Femmes, la députée UMP Valérie Pécresse évoque le projet de loi gouvernemental pour l’égalité hommes-femmes, et en particulier la question du congé parental. Le texte prévoit un allongement de ce congé de six mois après la naissance de l’enfant, à condition qu’il soit au bénéfice du second parent, c’est-à-dire du père, dans 97% des cas.

«Pensez-vous que le plus grand nombre sont les pères qui ont envie de changer des couches?», demande l’ex-ministre. Valérie Pécresse estime que les parents devraient en effet pouvoir choisir quand ils souhaitent poser un congé, et non pas systématiquement au moment de la naissance de leur enfant. «Ils le prendront d'autant plus volontiers avec un enfant un peu plus âgé, et cela sera socialement mieux vécu par les entreprises de voir les pères s'impliquer dans des problèmes un peu plus compliqués».

Les pères, «une figure d’autorité»

Pour la députée, «les enfants ont besoin de suivi à l'adolescence». «Et c'est à ce moment que l'on aurait le plus besoin des pères, notamment parce qu'ils sont une figure d'autorité», ajoute-t-elle.

Ces propos ont déclenché critiques et moqueries ce mardi. La ministre du Logement Cécile Duflot a même réagi sur Twitter, s’étonnant qu’ «une femme rabaisse les femmes (et les hommes) qui changent les couches». «UMP modernité!» avait avant elle ironisé le chargé de communication de la ministre du Droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, qui porte la réforme gouvernementale.

Valérie Pécresse a répondu aux critiques, indiquant qu’elle voulait «développer le congé parental des pères et pour ça l'ouvrir à tous les âges de l'enfant».