Angoulême: Des agents municipaux participent à une bataille de crème chocolatée à la cantine

CANTINE Il s'agissait d’une «punition» selon «Sud-ouest», d'un jeu pour la «Charente-Libre»...

E.O.

— 

Une cantine, à Toulouse.
Une cantine, à Toulouse. — FRED SCHEIBER/ 20 MINUTES

C’est une petite polémique estivale. Une bataille de crème chocolatée dans une cantine fait des remous dans la municipalité d’Angoulême. Les faits se sont déroulés le 5 juillet, alors que les enfants de l’école René-Defarge célébraient dans la joie le dernier jour de l’école. Une situation on-ne-peut-plus normale, jusqu’à ce que des agents municipaux entrent dans le jeu.

Que s’est-il réellement passé? C’est là que les avis divergent. D’après le journal Sud-Ouest, les agents ont «pété les plombs» et «barbouillé les visages» de quelques élèves avec de la crème au chocolat «pour les punir». Mais pour La Charente libre, le personnel a simplement «participé à cette joyeuse bataille d’eau et de nourriture».

Ne pas «jeter l’anathème»

Ce qui est certain, c’est que des enfants ont été retrouvés «excités, trempés et tâchés de crème», a raconté la directrice de l’école à La Charente libre. Et, en tout état de cause, le comportement des agents a fait l’objet d’un signalement à la mairie. «En tant qu’adultes, ils ont un rôle éducatif à assumer», a souligné l’enseignante, laissant «à la mairie le soin de prendre des sanctions, s’il y a lieu d’en prendre».

Mais les encadrants n’ont en aucun cas cherché à humilier les enfants, a certifié la directrice. Une version confirmée par un père de famille, qui a simplement indiqué au journal local que «tout le monde s’était lâché» et que son fils s’était bien éclaté». La mairie, quant à elle, attend le retour de vacances du personnel pour «faire le point». «On en sait trop peu pour jeter l'anathème sur des gens qui ont bien fait leur travail durant le reste de l'année», a estimé le directeur général des services de la Ville.