Trois jeunes polonaises s'exercent à la pole dance dans les rues de Lodz.
Trois jeunes polonaises s'exercent à la pole dance dans les rues de Lodz. — JANEK SKARZYNSKI

INSOLITE

Des Polonaises s'exercent à la pole dance dans la rue

A la place de la barre lisse des cabarets, ce sont les poteaux de signalisation que ces trois jeunes femmes de Lodz (centre) enlacent de leurs jambes nues depuis plusieurs mois...

Opération réhabilitation. C'est pour dissiper l'image sulfureuse de leur discipline, associée aux strip-teaseuses et aux boîtes de nuit, que Les trois amies, étudiantes ou diplômées d'études supérieures polonaises, ont décidé de le pratiquer, en petite culotte noire et T-shirt rose bonbon, au milieu des tramway et des autobus, suscitant les regards étonnés et admiratifs des passants.

«Un vrai sport»

«On commence par quelle figure? la Grenouille, le Scorpion ou la Foreign Lady?», lance à ses deux amies Karolina Kicinska, 25 ans, étudiante en biotechnologie moléculaire à l'Université de Médecine de Lodz.

 «Les réactions des gens dans les rues étaient très bonnes, alors on s'est dit que c'est un moyen pour populariser ce sport», explique Natalia Stanislawska, 27 ans, monitrice de Pole dance, mais aussi diplômée d'une école de Journalisme de Lodz, qui a commencé ses premières séances en extérieur au printemps.

«La Pole dance est un vrai sport et même un art qui mélange l'acrobatie, la gymnastique, le fitness. Elle demande beaucoup de force et de souplesse», ajoute cette belle jeune femme élancée aux cheveux longs.

Avertissement

Le trio s'entraîne plusieurs fois par semaine, au moins une fois dans la rue, mais la plupart du temps dans leur studio, dans un ancien quartier ouvrier de Lodz, surnommée le Manchester polonais, le textile ayant autrefois fait sa richesse, précise Iwona Drzymala.

 «Jusqu'à présent, tout se passe bien. On n'a jamais été arrêtées par la police. On nous félicite et on nous complimente», dit Karolina. La police leur a toutefois récemment donné un avertissement et noté leur nom.