Hymne de l'été de la Charente-Maritime: Un clip trop chaud pour le département

INSOLITE Le teaser mis en ligne le 21 juin s'est attiré les foudres du président du Conseil général et du président de Charente Tourisme...

C.P.

— 

Le teaser du clip de la version estivale de l'hymne de Charente-Maritime.
Le teaser du clip de la version estivale de l'hymne de Charente-Maritime. — Youtube

«Il fait bon vivre en Charente-Maritime quand le soleil sur la mer brille/ A l’abri des phares la pêche est divine / Nougat!» Ces paroles vous affligent? Calmez-vous, ce ne sont pas elles qui créent  aujourd’hui la polémique dans le microcosme départemental et sur l’Internet mondial.

«Summer edit»

Ecrit en novembre 2011 par un artiste nordiste installé depuis une vingtaine d’années à Royan, Franck Lécole et produit sous la supervision du conseiller général UMP Michel Servit, l’hymne de Charente Maritime est plutôt apprécié et même enseigné dans les écoles du département. Si, si. C’est quand l’auteur a décidé d’en faire un «summer edit» un peu plus dansant que les choses ont commencé à se corser.

 

Si la version audio avec boîte à rythme tropicale passe encore auprès des élus, le teaser du clip posté le 21 juin dernier sur YouTube, avec midinettes en bikini se trémoussant au bord d’une piscine, ne passe elle, en revanche vraiment pas.

«Mauvais goût»

Ridicule, vulgaire ou juste de mauvais goût? On vous laisse juge. Mais les responsables du département eux ont vite réagi: «Le fameux "hymne"de la Charente-Maritime n'engage que son auteur et le clip vidéo que le mauvais goût», a taclé mercredi sur son compte  Twitter le président du Conseil général Dominique Bussereau  

 

«On espère voir autre chose, des enfants au bord de l’océan, le fort Boyard, des images du département», explique plus sobrement Stéphane Villain, président de Charente-Maritime Tourisme et chargé du suivi de ce clip dans une Interview à  Sud Ouest, avant de conclure: «On doit revoir les images.»

«On tourne d’autres séquences, on n’aura pas juste des filles qui bougent leur cul (sic)», promet pour sa part Franck Lécole, également contacté par Sud Ouest. Verdict le 14 juillet pour la version finale On a hâte de voir le résultat.