En Chine, les enfants ingrats peuvent désormais être poursuivis en justice

INSOLITE Une nouvelle loi publiée lundi oblige les enfants chinois devenus adultes à rendre visite et à prendre des nouvelles de leurs vieux parents...

C.P.

— 

Un couple de personnes âgées dans un parc à Pékin.
Un couple de personnes âgées dans un parc à Pékin. — Andy Wong/AP/SIPA

Plus question pour les Chinois de sécher plusieurs fois de suite le repas du dimanche en famille. Les parents peuvent désormais poursuivre en justice leurs enfants ingrats en vertu d’une nouvelle disposition intégrée ce lundi à la «loi de protection des droits et intérêts des personnes âgées», qui prévoit que «les membres d’une famille qui vivent séparés de leurs parents doivent souvent rendre visite ou prendre des nouvelles de leurs parents».

Aucun détail supplémentaire n’est fourni, ni sur la fréquence des visites requise, ni sur les peines encourues. Mais les premières plaintes n’ont pas tardé à tomber. Mme Chu, 77 ans, aurait ainsi aussitôt convaincu un tribunal de Wuxi, dans l’est du pays, d’ordonner à sa fille de lui verser une compensation financière et de lui rendre visite tous les deux mois (et au moins deux jours fériés par ans), selon l’agence de presse nationale China News.