Grande-Bretagne: Un Australien qui avait perturbé une course mythique sommé de quitter le pays

EXPULSION Il s'était jeté dans la Tamise, lors de la course d'aviron entre Cambridge et Oxford...

avec AFP

— 

Le nageur qui avait perturbé la course d'aviron Oxford-Cambridge, le 7 avril 2012, a été sommé de quitter le Royaume-Uni, le 25 juin 2013
Le nageur qui avait perturbé la course d'aviron Oxford-Cambridge, le 7 avril 2012, a été sommé de quitter le Royaume-Uni, le 25 juin 2013 — Anthony Devlin/AP/SIPA

Un Australien, coupable d'avoir perturbé la mythique course d'aviron Cambridge-Oxford, a été sommé de quitter le pays bien que sa femme soit enceinte, a-t-on appris ce mardi auprès du ministère britannique de l'Intérieur.

Installé depuis 2001 au Royaume-Uni, Trenton Oldfield, 37 ans, avait été condamné fin 2012 à six mois de prison pour s'être jeté dans la Tamise à la barbe des services de sécurité, au passage de la compétition d'aviron entre les deux prestigieuses universités britanniques.

Symbole de l'élitisme

Le perturbateur avait expliqué lors de son procès que cet événement sportif, qui rassemble chaque année des milliers de spectateurs, était à ses yeux un symbole de l'élitisme. «Les personnes qui viennent vivre au Royaume-Uni doivent se soumettre aux lois de ce pays», a souligné un porte-parole du ministère britannique de l'Intérieur. «Nous ne souhaitons pas que cet individu reste parce que nous ne pensons pas que sa présence dans ce pays contribue au bien public.»

Trenton Oldfield, dont l'épouse, britannique, est enceinte, a annoncé son intention de faire appel de cette décision. «J'ai un visa réservé aux immigrés très qualifiés et j'ai été condamné à moins d'un an de prison», a fait valoir l'Australien dans le quotidien The Guardian. «Il me semble que c'est un décision très politique et très exagérée.»

Plus de 150 ans de course sans incident

Son épouse, Deepa Naik, a estimé pour sa part que l'expulsion devait être une procédure réservée aux «auteurs de crimes violents, de fraudes graves ou aux terroristes». «Nous ne pouvons pas vivre séparés. C'est impossible», a-t-elle ajouté. Organisée depuis plus de 150 ans, la course Oxford-Cambridge n'avait jamais été perturbée auparavant.

Cet incident, survenu en avril 2012 à quelques mois des célébrations du jubilé de la reine Elizabeth II et des Jeux olympiques d'été de Londres, avait relancé les interrogations sur la sécurité, une des principales préoccupations des organisateurs.