Le «shoe tossing» intrigue Nîmes

INSOLITE Venue des Etats-Unis, cette mode qui consiste à jeter des chaussures sur les fils électriques est de plus en plus pratiquée à Nîmes…

M. Go.
— 
PURESTOCK/SIPA

Depuis quelques jours, les commerçants des rues de Nîmes ont pris l’habitude de cette nouvelle mode. Des passants lancent leurs paires de chaussures, attachées l’une à l’autre, pour les entortiller autour des fils électriques. Un phénomène particulièrement développé dans la rue Bernard-Aton, près de la préfecture, rapporte le site objectifgard.com. «Oui, je les ai vues, confie un riverain, mais je croyais qu’on ne faisait ça qu’aux Etats-Unis et il me semble avoir déjà vu ça dans un film», détaille un riverain au journaliste.

Quelles origines?

Le shoe tossing ou shoefiti s’est effectivement développé aux Etats-Unis au début des années 90. Pratique de gangs pour marquer un territoire? Art de rue? On ne connaît pas vraiment l’origine de cette pratique mais les jeunes fêtards de nombreux pays se la sont accaparée, au Canada, dans les pays anglo-saxons mais aussi en France. Dans le Gard, on préfère rester poète. «Qui les a lancées? Pourquoi? Alors qu’on s’interroge, un couple d’amoureux marche dans la rue. Absorbés, ils ne voient pas les chaussures. Ce n’est pas bien grave car, manifestement, ils ont déjà trouvé chaussures à leurs pieds», conclut le journaliste.