Google veut amener le wifi en Afrique subsaharienne avec des ballons dirigeables

HIGH-TECH Google est aussi en train de tester un réseau haut débit sans fil en Afrique du Sud en utilisant l’«espace blanc» des signaux de radiodiffusion...

Bérénice Dubuc

— 

Le logo de Google.
Le logo de Google. — Paul Sakuma/AP/SIPA

Les ballons dirigeables sont l’avenir du wifi. Du moins selon Google. Le géant de Mountain View envisage de développer les réseaux à haut débit sans fil en Afrique subsaharienne grâce à des ballons dirigeables, selon le Wall Street Journal.

Après avoir quasiment conquis les marchés occidentaux avec les smartphones, les fabricants de mobiles sont désormais en compétition pour connecter les clients des marchés émergents. Rien que pour l'Afrique et l'Asie du Sud-Est, cela représente en effet 1 milliard de personnes à connecter à Internet… Google a donc déjà commencé à développer des smartphones et tablettes Nexus low cost.

Espace blanc

Côté réseaux, la firme de Mountain View travaille sur les ballons dirigeables qui, envoyés à haute altitude (ils peuvent monter jusqu’à 30.000 mètres), peuvent transmettre des signaux à travers des centaines de kilomètres carrés. L’entreprise a testé cette technologie avec l'Université de Californie, en envoyant des téléphones fonctionnant sous Android dans l'espace proche avec des ballons télécommandés équipés de caméras vidéo.

Et, comme «il n’y aura pas de solution magique avec une seule technologie», comme l’a indiqué une source au WSJ,  Google est aussi en train de tester un réseau haut débit sans fil au Cap, en Afrique du Sud, sur dix écoles, en utilisant trois mâts sur le campus de l'Université de Stellenbosch. L’essai a débuté en mars, et utilise l’«espace blanc» des signaux de radiodiffusion -bandes de fréquences se situant entre les bandes attribuées aux opérateurs de radiodiffusion-, qui n’est pas sous licence.