Mort de Moustaki: Pascal Nègre ne regrette pas son tweet

CONTROVERSE Pascal Nègre a salué la mémoire du chanteur en rappelant au passage qu'il éditait ses disques. Interrogé par «MYTF1News», le président d'Universal a ensuite assuré qu'il ne regrettait pas son tweet...

E.O.

— 

Le tweet de Pascal Nègre après la mort de Georges Moustaki, le 23 mai 2013.
Le tweet de Pascal Nègre après la mort de Georges Moustaki, le 23 mai 2013. — Capture d'écran

A peine le décès de Georges Moustaki annoncé, ce jeudi, les hommages ont fleuri sur les réseaux sociaux. Mais parmi les «RIP» et les partages du «Métèque» ou des «Eaux de mars», est apparu un message un peu discordant:

L’auteur du tweet est Pascal Nègre, le président d’Universal France, qui commercialise effectivement la discographie du chanteur. Un appel aussitôt vivement critiqué sur Twitter pour son opportunisme et son indécence.

A tel point que le mot clé «Pascal Nègre» est arrivé en quelques minutes parmi les plus utilisés sur le réseau en France. Le patron d’Universal s’était déjà illustré la veille en publiant ces mots, à l’occasion de la mort du compositeur Henri Dutilleux: «Henri Duttilleux (sic) a été un des plus grands compositeurs français du XXe siècle! Il était édité par Universal music! RIP.»

Les internautes se sont rapidement lancés dans un concours «tweete comme Pascal Nègre» pour railler la sortie du PDG.

 

Pascal Nègre ne regrette pas

Interrogé par MYTF1News, Pascal Nègre assure ce jeudi après-midi qu’il ne «comprend pas» la controverse, et pointe ce qui relève pour lui d’une «méconnaissance totale du métier»: «Si les gens croient qu'Universal a besoin qu'un artiste meurt pour vendre des disques...»

«Pourquoi devrais-je regretter mon tweet? Je rends hommage à un artiste que nous avons eu la chance de produire. Je donne une information. (…) Une partie de son catalogue musical est chez nous. Et nous sommes fiers d'avoir collaboré avec lui», réagit encore le président d’Universal France, qui identifie ceux qui ont déclenché la polémique comme «les cinq personnes qu'(il) ennuie quand (il) évoque les problèmes de piraterie».